Autour d’Anne de Mornay : livres et transmission de la foi réformée dans une dynastie de l’aristocratie huguenote

Dans l’histoire du protestantisme français au tournant des XVIe et XVIIe siècles1, Philippe Duplessis-Mornay est une figure incontournable2. L’histoire de sa famille est connue grâce à la production écrite de son couple, d’une part la correspondance échangée avec sa femme Charlotte d’Arbaleste et d’autre part les mémoires de celle-ci, à la fois biographie de son mari et autobiographie partielle3. L’enquête menée pour le projet Ex Bibliotheca a permis de réunir un petit corpus de livres relatif à Anne de Mornay, fille cadette du couple Mornay-d’Arbaleste. L’étude des particularités d’exemplaires permet d’apporter une nouvelle contribution à l’examen du rôle des femmes dans la transmission conjointe4 de la foi et de la mémoire familiale au sein d’une dynastie de l’aristocratie huguenote de la première modernité5.

Continuer la lecture de « Autour d’Anne de Mornay : livres et transmission de la foi réformée dans une dynastie de l’aristocratie huguenote »

  1. Je remercie Marianne Carbonnier-Burkard, Yohann Deguin, Margreet Dieleman, Nadine Férey, Martina Gromesova, Fabienne Le Bars, Pierre-Olivier Léchot, Sophie Renaudin et Sophie Vié pour leur aide apportée lors de la rédaction de cet article. Une actualisation a été effectuée le 21 mai 2020 pour insérer la bible de famille des Molyneux dans la section « La bible de famille des des Nouhes-Mornay ». []
  2. Sur Mornay, voir : Hugues Daussy, Les Huguenots et le Roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600), Genève, Droz, 2002 ; Didier Poton de Xaintrailles, Duplessis-Mornay, 1549-1623 : le « pape des huguenots », Paris, Perrin, 2006 ; Natacha Salliot, Duplessis-Mornay, la rhétorique dans la théologie, Paris, Classiques Garnier, 2009. []
  3. Charlotte Duplessis-Mornay, Les Mémoires de Madame de Mornay, édition critique par Nadine Kuperty-Tsur, Paris, Honoré Champion, 2010. []
  4. Phénomène notamment mis en évidence par Nadine Kuperty-Tsur à partir de mémoires de huguenots de la seconde moitié du XVIe siècle dans son article « Rhétorique parentale et religieuse : les voies de la transmission des valeurs de la Réforme aux enfants », in Myriam Yardeni et Ilana Zinguer (dir.), Les deux Réformes chrétiennes. Propagation et diffusion, Leiden, Brill, 2004, p. 153-171. []
  5. Sur le rôle des femmes de la noblesse dans la diffusion de la Réforme en France au XVIe siècle, voir l’article précurseur de Nancy Lyman Roelker : « The Role of Noblewomen in the French Reformation », Archiv Für Reformationsgeschichte – Archive for Reformation History, 63, 1972, p. 168-195 et, plus largement, Marianne Carbonnier-Burkard, « La Réforme en langue de femme », in Jean Delumeau (dir.), La Religion de ma mère Le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Paris, Éditions du Cerf, 1992, p. 173-192 ; Liliane Crété, Le protestantisme et les femmes : aux origines de l’émancipation, Genève, Labor et Fides, 1999, p. 53-91 ; Susan Broomhall, Women and Religion in Sixteenth-century France, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005. []

Échange informel lors d’un synode national des Églises réformées de France : un cadeau du pasteur David Blondel à René de Lauvergnat.

Si les synodes nationaux sont une organisation connue, Luc Daireaux a récemment souligné les difficultés auxquelles font face les historiens du protestantisme pour comprendre le fonctionnement précis de cet échelon majeur du système consistorial-synodal organisant la vie des Églises réformées de France1. Les sources renseignant ces épisodes ont leurs limites. D’une part, la rédaction même des actes formalise et synthétise des échanges complexes d’ordre pastoral, disciplinaire, financier ou théologique, parfois très longs : les actes donnent accès aux principales conclusions des débats, opérant possiblement une atténuations des difficultés rencontrées. D’autre part, ces actes ont connu une édition par Jean Aymon au début du XVIIIe siècle2, dont les défauts sont manifestes et l’ensemble n’a pas fait l’objet d’une édition critique contemporaine3. De plus, ces sources, certes fondamentales, ne témoignent pas de la vie quotidienne d’un synode, qu’il est très difficile d’approcher, sauf via des sources alternatives, telles des correspondances. L’enquête menée pour le projet Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur, a permis d’exhumer un autre type de document témoignant des interactions possibles lors d’un évènement réunissant des membres des Églises réformées issus de tout le royaume. Il date du synode national tenu à Charenton en 1631 et concerne un important ministre du premier XVIIe siècle.

Continuer la lecture de « Échange informel lors d’un synode national des Églises réformées de France : un cadeau du pasteur David Blondel à René de Lauvergnat. »

  1. Luc Daireaux, « Le synode national de Castres (1626) », Chemins d’histoire, émission de Radio Clype, 26 avril 2020. https://soundcloud.com/luc-daireaux/chemins-dhistoire-radio-clype-la-synode-national-de-castres-1626-260420. Je remercie Luc Daireaux pour ses conseils sur l’écriture de ce billet. []
  2. Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises réformées de France auxquels on a joint des mandemens roiaux, et plusieurs lettres politiques […], La Haye, Charles Delo, 1710, 2 v. []
  3. Sur les synodes nationaux et Aymon, voir Bernard Roussel, « Pour un nouvel “Aymon”: les premiers Synodes nationaux des Églises réformées en France (1559-1567) ». 1 « La tradition des Actes des premiers synodes nationaux » et Solange Deyon, « Pour un nouvel Aymon. Les premiers Synodes nationaux des Églises réformées en France (1559-1567). II. Approche socio-historique » Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 139, 1993, p. 545-576 et p. 577-595 ainsi que Bernard Roussel, « Les synodes nationaux de 1594, 1596 et 1598 : le difficile maintien d’une « bonne union et intelligence » entre les églises réformées », in Michel Grandjean et Bernard Roussel, Coexister dans l’intolérance, l’édit de Nantes (1598), Genève, Labor et Fides, 1998, p. 115-133. Les actes des deux derniers synodes nationaux ont été édités : Françoise Chevalier (éd.), Actes des synodes nationaux des Églises réformées de France assemblées à Charenton en 1644 et à Loudun en 1659, Genève, Droz 2012, 454 p. []

Un livre inconnu de la bibliothèque de Richard Simon : le Dictionarium hebraicum novum de Johann Forster

En 1998, Valérie Neveu livrait la première étude consacrée à la bibliothèque de Richard Simon1. Ce substantiel article restitue d’une part l’histoire de cette collection à partir des nombreuses sources qui la renseignent, notamment la riche correspondance de l’auteur de l’Histoire critique du Vieux Testament et propose d’autre part un inventaire du reliquat identifié dans plusieurs centres de conservation : bibliothèque municipale de Rouen, bibliothèque de l’Université de Rouen et bibliothèque municipale de Dieppe. Ce sont en tout 129 titres ayant assurément appartenu à l’oratorien que Valérie Neveu a pu localiser.

Continuer la lecture de « Un livre inconnu de la bibliothèque de Richard Simon : le Dictionarium hebraicum novum de Johann Forster »

  1. Valérie Neveu, « La bibliothèque de Richard Simon », Bulletin du bibliophile, 1998/1, p. 62-124, cité infra Neveu. []

Le fonds patrimonial de la médiathèque Louis Aragon du Mans : la bibliothèque de Saint-Vincent et « l’ère Audren »

Avant de commencer à alimenter cette rubrique, il me faut évoquer une particularité d’un des deux fonds dans lequel j’ai principalement travaillé durant les trois années du projet Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie réformée de Saumur. Ainsi, je renverrai à ce billet chaque fois que je présenterai certains ouvrages des collections patrimoniales de la médiathèque Louis Aragon. Le cœur de ce fonds a été constitué par les saisies révolutionnaires des bibliothèques religieuses mancelles, dont celle de l’abbaye mauriste de Saint-Vincent.

Vue de l’abbaye Saint-Vincent du Mans par Louis Boudan (la bibliothèque est localisé dans l’aile à droite de la vue, au premier plan) (BnF, ST VA-414, Gaignières, 5788).

Continuer la lecture de « Le fonds patrimonial de la médiathèque Louis Aragon du Mans : la bibliothèque de Saint-Vincent et « l’ère Audren » »

Bibliscellanées : introduction

Dans le cadre du projet Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur1, j’ai mené un vaste dépouillement de marques de provenance dans plusieurs fonds anciens du Grand Ouest, notamment ceux des médiathèques Louis Aragon du Mans et de Saumur-Val de Loire. J’ai ainsi identifié un certain nombre d’exemplaires ne concernant pas mon sujet de recherche mais dont j’ai relevé les particularités, souvent inconnues des catalogues, étant donné leur intérêt pour l’histoire du livre, des bibliothèques ou encore l’histoire religieuse de l’époque moderne (principalement au XVIIe siècle), avec un tropisme pour les livres et bibliothèques calvinistes.  Dans plusieurs cas, des dispersions de bibliothèques ont même pu être mises en évidence. Ce sont donc certaines de ces découvertes que je présenterai dans cette rubrique, qui pourra également être alimentée par des exemplaires remarquables identifiés dans les grandes collections numériques disponibles en ligne.

  1. Double exposition tenue à la Médiathèque Louis Aragon, Le Mans, 19 octobre 2018-19 janvier 2019 [présentation sur le site de la  Société Bibliographique de France] et au Château-Musée de Saumur, 6 juillet-30 novembre 2019, catalogue paru sous le titre Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie réformée de Saumur, Paris, Snoeck, 2020, 160 p., prochainement disponible []