Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur – Le Mans – 19 octobre 2018-19 janvier 2019

Exposition à la Médiathèque Louis Aragon, Le Mans

19 octobre 2018-19 janvier 2019
Entrée gratuite

Commissariat scientifique : Thomas Guillemin (Université d’Angers) et Kevin Trehuedic (Université de Paris-Est Créteil)

L’exposition retrace l’histoire de l’une des plus importantes institutions intellectuelles et éducatives du XVIIe siècle, l’Académie protestante de Saumur.

Fondée en 1599 par Philippe Duplessis-Mornay, l’Académie fut un haut lieu des Églises réformées de France et le principal centre de formation des  pasteurs du nord du royaume. Foyer théologique novateur, l’Académie rayonna à travers l’Europe par l’influence de ses professeurs et élèves mais fut aussi à l’origine de violentes controverses. Supprimée par Louis XIV en 1685, dix mois avant la révocation de l’Édit de Nantes, elle voit sa bibliothèque saisie puis vendue : celle-ci sombre alors dans un oubli séculaire.

La découverte fortuite d’un livre conservé à la Médiathèque Louis Aragon (provenant du fonds de l’Abbaye Saint-Vincent du Mans) ayant appartenu à Louis Cappel, professeur à l’Académie, est à l’origine de la vaste enquête menée par Thomas Guillemin. Réalisée dans les principaux fonds de la région Pays de la Loire, à la Médiathèque du Mans pour l’ensemble le plus significatif, et à la Médiathèque de Saumur-Val de Loire notamment, cette recherche a permis de mettre au jour les fragments des bibliothèques de plusieurs professeurs mais aussi de celle de l’Académie, tous d’un intérêt primordial pour la compréhension de l’histoire de l’institution.

Sont réunis pour la première fois depuis le XVIIe siècle, cahiers d’étudiants, livres de prix, pièces d’archives, ouvrages pour certains très annotés comportant les ex-libris ou ex-dono des plus illustres professeurs de l’Académie – John Cameron, Louis Cappel, Moïse Amyraut, Tanneguy Le Fèvre, William Doull. Cet ensemble est enrichi par le prêt de pièces de premier plan issues de collections publiques et privées, comme l’inventaire original de la bibliothèque de l’Académie (Archives nationales de France), un portrait de Philippe Duplessis-Mornay (Château-Musée de Saumur), et l’exceptionnel midrash vénitien du XVIe siècle qui a appartenu à Louis Cappel (Médiathèque de Saumur).

L’exposition explore en six sections les méthodes d’enseignement et les spécificités de l’Académie, lieu de formation et foyer d’innovations théologiques. Elle évoque également « L’École de Saumur », courant théologique original du calvinisme européen qui jouera un rôle fondamental dans l’évolution du protestantisme moderne. De cette passionnante aventure intellectuelle se dégage en particulier la figure de Louis Cappel, théologien majeur de la première moitié du XVIIe siècle. La présentation de trois ouvrages inédits ayant fait partie de sa bibliothèque permet de découvrir la démarche par laquelle il révolutionne l’exégèse biblique. De la naissance au déclin d’une institution phare de l’histoire du protestantisme français, se dessinent les contours de plusieurs bibliothèques qui réapparaissent après une éclipse de trois siècles et demi.

Contact presse : Sophie Renaudin (conservatrice du fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon) – 02 43 47 48 86 – sophie.renaudin@lemans.fr

Visites guidées de l’exposition par Thomas Guillemin :
Samedi 27 octobre 2018 : 14h30
Samedi 17 novembre 2018 : 15h30
Samedi 1er décembre 2018 : 15h30
Samedi 12 janvier 2018 : 14h30

Ex Bibliotheca salmuriensi – avis de recherche

Ce billet est à la fois une publication et un avis de recherche1. Je travaille en ce moment sur les bibliothèques protestantes de Saumur au XVIIe siècle et plus particulièrement sur les bibliothèques de plusieurs professeurs de l’académie réformée, qui existe entre 1599 et  1685. Il y a déjà dix ans, j’ai trouvé fortuitement, dans le fonds ancien de la Bibliothèque municipale du Mans, un ouvrage ayant appartenu à Louis Cappel. Une fois ma thèse soutenue, j’ai mené une enquête à partir de cette découverte. D’abord conduite exclusivement dans le fonds ancien manceau, l’investigation menée a permis d’identifier quinze livres ayant appartenu au fondateur et à plusieurs professeurs de l’académie. Trois de ces ouvrages sont identifiables par des dédicaces de leurs auteurs. Les douze restants portent quant à eux des ex-libris de professeurs : Louis Cappel, William Doull et Etienne de Brais. L’identification de ce corpus m’a permis de formuler l’hypothèse que le fonds ancien du Mans préserve les reliquats de plusieurs bibliothèques protestantes saumuroises, dont celle de l’académie2. En effet, dans les quinze ouvrages, quatre figurent dans l’inventaire de la bibliothèque de l’académie conservé dans la série TT aux Archives Nationales et consultable ici.

La deuxième étape de mon enquête m’a conduit à retracer l’histoire de la bibliothèque après sa saisie en janvier 1685 : elle est rachetée intégralement six mois plus tard par un libraire catholique de Saumur. Durant au moins trente ans, les ouvrages de la bibliothèque de l’académie ont donc été dispersés au fil des ventes de ce libraire, dont tout indique qu’il n’a pas racheté que cette bibliothèque mais aussi celles de différents professeurs huguenots. Cette conclusion m’a conduit à engager une troisième phase de recherche pour essayer d’identifier, dans les fonds anciens de l’Ouest de la France3, d’autres ouvrages ayant appartenu à des huguenots saumurois. C’est dans celui de la Bibliothèque municipale de Saumur que j’ai pu retrouver d’autres ouvrages qui, comme au Mans, ont fait partie soit de la bibliothèque de l’académie, soit de celle de certains de ses professeurs, à savoir William Doull (déjà identifié au Mans) et Tanneguy Le Fèvre (père et fils). Point commun à l’ensemble des volumes retrouvés au Mans et à Saumur : ils sont tous reliés en vélin.

Matériellement, il ne m’est plus possible de poursuivre l’enquête, après avoir vérifié une vingtaine de fonds anciens4. Je lance donc un avis de recherche en ligne, relayé via mon compte twitter, pour essayer d’identifier, à l’échelle nationale, des ouvrages pouvant provenir de ces bibliothèques huguenotes saumuroises retrouvées au Mans et à Saumur. Ce billet se termine donc par une présentation des différents ex-libris retrouvés afin d’en permettre l’identification. Merci par avance à tous les bibliothécaires et conservateurs ou bibliophiles qui se prendront au jeu !

Nota Bene : Les découvertes réalisées au Mans et à Saumur feront l’objet d’une exposition qui sera présentée à la BM du Mans à la fin de l’année. Si, par chance, cet avis de recherche aboutissait à des découvertes, nous pourrons les intégrer à l’exposition sous forme de fac-similés.

Étienne de Brais Né en 1635, mort en 1679. Professeur de théologie de 1674 à sa mort.

BM Le Mans, BL 8 178

« Stephanus De Braeus », apposé au verso de la page de titre. Un autre volume retrouvé sur lequel il a apposé sa signature (mais qui ne lui a pas appartenu) indique qu’il semble avoir pour habitude, lorsqu’il écrit sur un livre, de le faire au verso de la page de titre.

Louis Cappel Né en 1585, mort en 1658. Professeur d’hébreu de 1613 à sa mort. Deux ex-libris :

BM Le Mans BL 4 180

« L. Cappel. »

BM Le Mans, BL 176

« Lud. Cappelli. »

Louis Cappel appose systématiquement son ex-libris (forme française ou latine) sur la page de titre. En plus, il note toujours le lieu et la date d’acquisition de l’ouvrage, parfois même son prix d’achat. Il écrit cette mention sur la page de titre mais à un endroit différent de son ex-libris ou sur une page de garde vierge. L’exemple-ci-dessous provient du même ouvrage que l’ex-libris « L. Cappel. ».

William Doull Né en 16??, mort en 1677. Professeur de rhétorique de 1645 à 1671. Quatre ex-libris :

BM Le Mans, BL 8 451

« WDoull.  » : identique à sa signature que l’on retrouve dans les registres de l’académie, cet ex-libris figure systématiquement au verso du premier plat de l’ouvrage.

BM Saumur, R XVII 8 112

« WD. » : un seul cas retrouvé, apposé sur une page de titre en plus de l’ex-libris signature.

BM Saumur, R XVII 8 112

« Guil : Doull. » : apposé sur une page de garde.

BM Le Mans, TH 8 4939

« Ex libris Gulielmi Doull / 1643 » : apposé sur une page de garde.

Il est délicat de trancher l’attribution de ces différents ex-libris : l’une des formes en français pourrait appartenir à Guillaume Doull, fils aîné de William. Cependant, ce dernier francise régulièrement sa signature dans les registres de l’académie, il est donc délicat d’attribuer avec certitude la forme « Guillaume » au fils du professeur.

Tanneguy Le Fèvre Né en 1616, mort en 1672. Professeur au collège (régent de troisième) à partir de 1651 puis de grec de 1665 à 1670. Un ex-libris :

BM Saumur, R XVI 8 99

« Taneg. Le Fevre », apposé sur une page de titre.

Tanneguy Le Fèvre junior Né en 1658, mort en 1717. Régent de seconde du collège à la fin des années 1670. Deux ex-libris :

« Ex libris Tanaquilli Fabri Fil. A° 1674 » suivi d’un fleuron, apposé sur une page de garde en tête de volume.

« Ex libris Tanaquilli Fabri Tanaquilli Fabri Filii » apposé sur une page de titre

BM Saumur, R XVII 8 24 (deux ex-libris du fils Le Fèvre sur le même exemplaire)

  1. L’illustration non contractuelle en tête de ce billet provient de l’exemplaire P 60 de la Bibliothèque municipale de Saumur []
  2. La partie mancelle de cette enquête à fait l’objet d’une communication à deux voix avec Kevin Trehuedic au colloque « Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique à l’époque moderne (16ème – 17ème siècles) organisé par Didier Poton à La Rochelle les 9 et 10 novembre 2017. []
  3. BM = Bibliothèque municipale ; BD = Bibliothèque diocésaine : BM Alençon, BM et BD Angers, BM Chinon, BM Cholet, Bibliothèque du Prytanée de La Flèche, BM et BD Le Mans, BM et Musées de Loudun, BM et BD Nantes, BM et BD Orléans, BM Poitiers, BM Saumur, BM et BD Tours. []
  4. Dont quinze in situ. Un important fonds privé de l’Ouest a également été vérifié. Enfin, la Bibliothèque de Lyon a été sollicitée, mais aucun des noms identifiés ne figure dans sa base de données de marques de provenance []

Histoire de thèse ou comment incarner des thématiques de recherche

Le document publié in extenso dans ce premier billet est un symbole. D’abord parce qu’il matérialise ma passion de l’archive. Ensuite car c’est l’ultime source que j’ai intégrée à ma thèse, quelques jours avant de rendre mon tapuscrit. Enfin parce qu’il incarne les principales thématiques de mon travail d’historien moderniste : les trajectoires de converti.e.s passant du calvinisme au jansénisme et l’histoire intellectuelle.

La découverte de ce document, qui témoigne des heureux hasards de la recherche, mérite d’être conter. A la fin de la rédaction de ma thèse, j’en établis l’index. L’un des personnages satellites dans la biographie d’Isaac Papin est, comme lui, un pasteur calviniste converti au catholicisme : David Gilly. Avec son confrère et ami David Courdil, Gilly se convertit en plein synode provincial d’Anjou-Touraine-Maine en 16831. L’historiographie a toujours donné à Gilly David comme prénom. Mais Albert Sarrabère, auteur d’un Dictionnaire des pasteurs d’Anjou-Touraine-Maine, corrige son prénom en Claude2. Le travail de Sarrabère faisant référence, durant la rédaction de ma thèse j’opte pour ce prénom. Mais en établissant l’index, le doute me reprend et je procède à une ultime vérification en ligne, qui me conduit assez rapidement sur le site d’un marchand d’autographes. J’y découvre une lettre qui, à ma grande joie, évoque Gilly mais surtout un autre personnage : Marin Groteste Desmahis. Si Gilly n’est pas au cœur de mon travail, Desmahis s’y trouve puisqu’il est le meilleur ami de Papin entre la conversion de celui-ci en 1690 et sa mort en 1694. Chance inouïe, le vendeur a mis en ligne les photos du folio qui compose la lettre et a identifié les différents personnages qui y sont évoqués. Sans cela, cette source m’aurait échappé.

L’auteur de la lettre est très probablement Jacques II Levoyer sieur de la Daviaye, qui fut officier des eaux et forêts en Anjou jusqu’en 16713. Il écrit d’Angers à un ami parisien nommé de la Gemmeraye, pour l’instant non identifié et auquel il raconte sa rencontre avec David Gilly, lui-même rentré à Angers après un séjour à Paris. Une main postérieure a daté la lettre de l’année 1674, se trompant de dix ans puisque la conversion des deux pasteurs remontent à l’année 1683 : or Levoyer évoque bien deux convertis.

[recto] Angers le 26 mars 16[8]4
Monsieur
Depuis quinze jours j’ay eu l’honneur de voir Monsieur Gily cyd[evant] ministre a Baugé, qui nous a dit avoir veu a Paris Monsieur de Mahy cy-devant ministre a Orleans qui est un homme d’une rare vertu, et tres scavant lequel compose de beaux ouvrages. Il demeure chez Monsieur Tessier procureur au Chastelet rue du Cigne pres St Jacques de l’hospital. Comme c’est un homme d’une pieté extraordinaire et tres habile, je luy escris aujourd’huy, j’exhorte vostre pieté a le voir a v[ot]tre loisir, et dans ce temps de repos, comme je vous en avois desja convier, vous ny perdres asseurem[ent] pas le temps, il faudroit que ce fust au plus tost, Mr Gily m’ayant dit qu’il alloit bientost a Orleans exercer sa pieté.
Monsieur Gily m’a dit qu[’]il y avoit des livres de controverse nouveaux et tres utiles, comme l’abregé des preuves de la perpetuité par Monsieur Bruzeau prestre de St Gervais, la responce au preservatif par Monsieur Arnaut, et un autre petit ouvrage qui montre que la doctrine des heretiques de ce temps leur a esté enseigné par le démon. Je vous prie d’avoir a vostre loisir la charité de vous informer de la valeur, grandeur, et merite desd[its] livres, led[it] Sr Gilli ma encore dit qu’il y avoit un artisan esclairé et pieux, qui quoyque sans estude travailloit avec beaucoup de succez a la conversion des heretiques. Je vous prie de vous informer au vray, quel il est, et de sa demeure, et a vos heures perdues de le voir, a quoy j’exhorte v[o]tre piété, vous y aures assurement du plaisir et de la satisfaction Tournez [verso] Monsieur Gily m’ayant assuré qu’il avoit beaucoup d’esprit, de lecture, et de jugement.
Si vous navés pris la peine d’achepter les livres que je vous ay demandés, je vous prie de differer, et d’avoir la charité de vous informer, si Monsieur des Meaux ou autres pour luy ont respondu a la response du ministre Claude touchant leur conferance avec M[ademoise]lle de Duras, et ce que coustera cet ouvrage, me faire la grace de me faire scavoir le temps de vostre retour, dexcuser mes libertez et de me croire toujours vostre tres humble et obeissant serviteur
De la Daviaye
Vous scaures dans les lieux ou l’on presche la controverse la demeure de cet artisan et ly verrés asseurement, Monsieur Gily ma dit luy avoir parlé.
Je sors de chez vous ou jay donné le bonjour a Mademoiselle qui se porte bien Dieu mercy, sur ce qu’elle m’a marqué au sujet de v[ot]re affaire, je vous convie de prendre la peine de luy mander la conduite que vous avés tenue, et ce qu[’]il s[’]y est passé depuis vostre depart, affin qu’elle le face voir a Monsieur Garnier no[tai]re, pour qu[’]il desabuse Mr Fouscher des scrupules et des doutes qu’elle m’a dit, que son avocat luy avoit donnés de vos soins et de la fidelité de vostre procureur, ce qui inquiette et fasche beaucoup Mad[emoise]lle, dont je me suis efforcé de la consoller, elle ne vous escrit point aujourd’huy, j’avois faict ce billet pour mettre dans sa lettre, ainsy excusez en la facon.
A Monsieur
Monsieur de la Gemmeraye
Chez M[onsieu]r de Lespine à la Croix d’or rue des macons à Paris

Même s’il s’agit d’un document à la marge de ma thèse, cette lettre révèle une information importante. En effet, Marin Groteste Desmahis et David Gilly ont reçu l’imposition des mains lors du même synode provincial, le 15 septembre 1673 à Bellême4. Après cette cérémonie qui fait d’eux des pasteurs, Desmahis est d’abord en poste à Authon-du-Perche puis à Orléans5 ; Gilly à Loches puis à Baugé6. Les éloges posthumes de Desmahis indiquent tous que c’est lors d’une visite de Gilly à Orléans que, pour la première fois, Desmahis évoque son projet de conversion au catholicisme, en 1681 ou en 16827. Les deux hommes sont donc très proches et l’on sait que dans le processus de conversion, l’entourage peut jouer un rôle important8. Mais durant ma thèse, malgré ma recherche des sources relatives à Desmahis en collections publiques, je n’avais pas réussi à attester les liens des deux pasteurs après leur apostasie respective : cette lettre est venue, in extremis, combler ce silence.

Au-delà de la relation Gilly-Desmahis, ce manuscrit permet d’aborder trois sujets différents.

D’abord il renseigne deux éléments intéressant la biographie de Desmahis. Les quatre éloges posthumes du converti, écrits et pour trois d’entre eux publiés entre 1694 et 1696, insistent tous sur la piété de l’ancien pasteur. Cette lettre confirme l’intense engagement du récent apostat dans sa nouvelle foi. En outre, elle indique que dès mars 1684, Desmahis écrit : de fait, il publie un ouvrage de controverse dès l’année suivante : Deux lettres de Mr Des Mahis sur le schisme des protestants, sur la présence réelle du corps de Jésus-Christ dans l’Eucharistie avec l’entretien d’un catholique et d’un calviniste sur le sujet des reliques9.

Ensuite, cette missive illustre l’intérêt du lectorat catholique cultivé pour les ouvrages de controverse interconfessionnelle à la veille de la révocation de l’édit de Nantes. En effet, sur les conseils de Gilly, de La Daviaye suggère à son correspondant la lecture de plusieurs titres récemment parus, tous aisément identifiables10 :

– « la responce au preservatif par Monsieur Arnaut » : [Antoine ARNAULD], Réflexions sur un livre intitulé Préservatif contre le changement de religion, Anvers, Nicolas Le Fevre, 168211.
– « abregé des preuves de la perpetuité » : Paul BRUZEAU, La Foy de l’Église catholique touchant l’Eucharistie, prouvée d’une manière invincible par l’argument proposé aux prétendus réformez dans les livres de la Perpétuité de la foy, Paris, G. Desprez, 1684, 146 p.12.
– « un autre petit ouvrage qui montre que la doctrine des heretiques de ce temps leur a esté enseigné par le démon » : [Louis GUERAUD DE CORDEMOY], Récit de la conférence du diable avec Luther, fait par Luther même dans son livre de la messe privée et de l’onction des prestres, avec des remarques sur cette conférence, Paris, J.-B. Coignard, 1684, 76 p.13.
Signe que De La Daviaye s’intéresse lui-même à la littérature de controverse, il demande à son correspondant si les catholiques ont répondu à la réplique de Jean Claude à Bossuet sur la conversion de Mademoiselle Duras, nièce de Turenne, épisode au cours duquel les deux hommes avaient été opposés dans une conférence théologique en mars 167814. Bossuet fut le premier à publier, tardivement, un compte-rendu de la conférence en 168215, auquel, Jean Claude répond un an plus tard16. Il ne semble pas que Bossuet ait jugé bon de prolonger le débat après cette parution.
Enfin, le dernier aspect de la lettre porte sur une affaire au sein de la famille du destinataire, au sujet de laquelle je n’ai pas mené de recherche spécifique.

Ainsi, malgré son caractère a priori anecdotique, ce document contient des informations utiles pour ceux qui s’intéresse à l’histoire religieuse du royaume de France à la veille de la Révocation et importantes pour moi qui travaillais alors à une biographie de Desmahis, étant donné sa relation avec Isaac Papin. Pour terminer, et revenir à l’origine de cette découverte, c’est finalement un autre document qui m’a permis de confirmer que Gilly se prénommait non pas Claude, mais bien David17.

  1. Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées d’Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), éd. par Didier BOISSON, Genève, Droz, 2012, p. 482-504 et Conversion de Mr Gilly, ministre de Baugé en Anjou, et de Mr Courdil, Ministre de Chasteau du Loir, avec les Discours qu’ils ont faits dans le synode de la Religion prétendue Réformée, assemblé à Sorge proche d’Angers, par permission du Roy touchant les raisons qu’ils ont eues de se réunir à l’Église Catholique, Paris, G. de Luynes, C. Blageart et T. Girard, 1683 []
  2. SARRABERE (Albert), Dictionnaire des pasteurs de la province synodale d’Anjou, Maine, et de Bretagne, XVIe-XVIIe siècles, Pau, Centre d’Études du Protestantisme Béarnais, 2006, p. 64. []
  3. Archives départementales du Maine-et-Loire, 5E6/227, contrat de mariage (1658) et 5E6/242, acte attestant la vente de son office (1673). Je remercie Jacques Maillard pour son aide active dans cette identification. On retrouve la signature autographe de Jacques II Levoyer in Odile HALBERT, « Les confrères de la confrairie de Sainte Catherine nomment un chapelain, 1696 », 27 mai 2010, en ligne : http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=18453 []
  4. Actes des Synodes…, éd. par Didier BOISSON, op. cit., p. 437 et transcription en ligne à cette adresse : http://sitepasteurs.free.fr/documents/synode-belleme.htm (consulté le 11 janvier 2018). []
  5. GUILLEMIN Thomas, « Du pasteur huguenot au chanoine janséniste : trajectoire confessionnelle de Marin Groteste Desmahis (1649-1694) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 174, (2015), p. 25. []
  6. SARRABERE Albert, Dictionnaire des pasteurs de la province synodale d’Anjou…, op. cit. []
  7. Thomas GUILLEMIN, « Du pasteur huguenot… », art. cit., p. 26. []
  8. WANEGFFELEN Thierry, « Récits de conversion des XVIe et XVIIe siècles. Discours confessionnel et expérience individuelle », in ATTIAS (Jean-Christophe) (dir.), De la conversion, Paris, Cerf, 1998, p. 196-197. []
  9. Orléans, J. Boyer, 1685. []
  10. Les trois notes suivantes renvoient à DESGRAVES Louis, Répertoire des ouvrages de controverse entre Catholiques et Protestants en France 1598-1685, Genève, Droz, 1984-1985. []
  11. Desgraves 6589. []
  12. Desgraves 6833. []
  13. Desgraves 6835 pour l’édition de 1684. []
  14. Émile KAPPLER, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011. []
  15. Jacques Bénigne BOSSUET, Conférence avec M. Claude Ministre de Charenton sur la matière de l’Église, Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 1682, 504 p. []
  16. Jean CLAUDE, Response au livre de M. l’evesque de Meaux intitulé Conference avec M. Claude, Charenton, Veuve d’Olivier de Varennes, 1683. []
  17. Archives municipales d’Angers, 1 J 2530, inventaire après-décès de Catherine de Champeaux, veuve de David Gilly. []

Calvinisme et jansénisme français au XVIIe siècle – ouverture

Comment commencer ce carnet de recherche ? L’ouvrir début septembre, en pleine rentrée universitaire, n’a peut-être pas été la meilleure des idées : les courants d’air virtuels auront occupé ses premières semaines d’existence [la date de ce billet est trompeuse puisqu’il a été généré automatiquement à l’ouverture, mais ce texte date du 27 octobre]. Et puis, hier, après le dernier cours de ma semaine, un éclair de lucidité, une évidence : « Il faut que mon premier billet soit consacré à ce document ! ». D’abord parce que c’est une histoire de sources, mon pêché mignon. Ensuite car ce document est lié à ma thèse sans en faire fondamentalement partie : même si j’ai soutenu il y a presque deux ans maintenant, ce manuscrit conserve une dimension symbolique de transition entre la thèse et l’après-thèse. Enfin et surtout parce que ce document incarne précisément ce qui est au cœur de ma recherche, ce qui a donné son titre à mon carnet : les liens entre calvinisme et jansénisme au XVIIe siècle dans le royaume de France.

Mais je publierai également aussi des billets sur le calvinisme seul ou le jansénisme seul. Enfin, l’histoire du livre aura aussi sa place. En effet, pour mener à bien deux recherches, l’une sur la bibliothèque de l’Académie réformée de Saumur, l’autre sur le réseau janséniste orléanais au XVIIe siècle, j’ai réalisé des dépouillements systématiques dans les fonds anciens de plusieurs bibliothèques des Pays de La Loire et du Centre-Val de Loire. Ces investigations au long cours m’ont permis de découvrir des ouvrages remarquables, notamment par leurs anciens possesseurs : j’en présenterai certains dans les « Bibliscellanées ». Si pour moi, ce sont des découvertes ponctuelles et, souvent, secondaires, pour d’autres chercheurs, il pourrait s’agir de sources importantes : la publication en ligne permettra, je l’espère, de les rendre accessible au plus grand nombre.