Cinq livres de Pierre Pezé des Galesnières : hypothèse sur une formation pastorale et réflexion sur le destin d’une bibliothèque huguenote après 1685

La vaste enquête menée à l’échelle du grand Ouest pour le projet Ex Bibliotheca a permis d’identifier un petit reliquat d’une bibliothèque pastorale de la seconde moitié du XVIIe siècle1 conservé entre Le Mans, ville du ministre concerné, Pierre Pezé des Galesnières, et Alençon2. Cet article présente les ouvrages qui le composent et s’intéresse aux indices relatifs à la dispersion de cette bibliothèque après la révocation de l’édit de Nantes3.

Pierre Pezé des Galesnières, esquisse biographique

Pierre Pezé des Galesnières (l’écriture du nom varie : Gallesnierres, Galinières, Degalinières) est né vers 1657-1658 : lors de son mariage le 16 janvier 1684, il est âgé de 26 ans4. Son père, également prénommé Pierre, est marchand et membre de la communauté de Saint-Aignan, à quelques kilomètres au nord-ouest de Bonnétable (nord-est de l’actuel département de la Sarthe), ville où résident les Pezé de Galesnières5. Pierre le père est une figure de son Église puisqu’il en est ancien et, à ce titre, il représente sa communauté au synode provincial. Sa participation est attestée à trois reprises au cours du troisième quart du XVIIe siècle : il est présent à Baugé en 1656, Bellême en 1673 et 16796.

Pierre second du nom effectue probablement une partie de ses études à Saumur : si aucune source ne l’atteste formellement, une partie de sa bibliothèque permet de le supposer. Il est reçu ministre en 1679 lors du synode provincial d’Anjou-Touraine-Maine tenu à Bellême, auquel son père participe en tant qu’ancien. Les actes du synode permettent de suivre les étapes d’examen préalables à sa réception comme pasteur7. Il se voit confier l’Église d’Aillières (de nos jours Aillières-Beauvoir, au nord du département de la Sarthe)8. En juin 16819, il est pasteur de l’Église du Mans, qu’il représente comme ministre lors du synode provincial de 1683 tenu à Sorges, près d’Angers10.

Il épouse Marthe Mingon à Tours le 16 janvier 168411. L’acte révèle que le père du marié vit alors au Mans, peut-être s’y est-il installé lorsque son fils y est devenu ministre. La première fille du couple naît au Mans le 30 décembre 168412.

A la révocation, Pezé des Galesnières s’exile outre-Manche. Il s’installe d’abord en Angleterre, à Londres, où il co-fonde l’Église d’Hungerford Market, avec d’autres pasteurs exilés dont Claude Groteste de La Mothe, ancien pasteur de Lizy-sur-Ourcques, et Jean Renaudot, ancien professeur à l’Académie de Saumur13. A Londres, il se lie d’amitié avec Samuel Pepys14, qui fut notamment le parrain d’une des filles du couple Pezé des Galesnières-Mingon15. Il dessert également l’Église de la Quarré durant la seconde moitié de la décennie 169016. Le 30 octobre 1699, il émigre en Irlande et s’installe d’abord dans le petit village de Cavan17. En 1701, il rejoint Dublin où il est affecté à l’Église Saint-Patrick18 Il est naturalisé le 12 novembre 170919 et meurt en 172120.

Pezé des Galesnières et ses livres

Jusqu’à présent, deux lettres de Pezé des Galesnières renseignaient son rapport au livre. Lors de la nouvelle année 1700, s’adressant à Samuel Pepys, il se lamente :

Je suis un pauvre anachorète, qui passe l’hyver éloigné de ma famille, c’est-à-dire, à deux journées et demi de Dublin dans un misérable bourg d’Irlande nommé Cavan, m’exercant à prêcher en Anglois, et attendant avec impatience le temps où mon Evesque viendra dans ce pays pour demeurer tout l’été. Mon occupation est de lire, de méditer, d’écrire […].21

Puis, en 1713, depuis Dublin, il écrit à Claude Groteste de La Mothe, son ancien collègue londonien. La lettre évoque une prophètesse alors active dans le Refuge mais roule principalement sur les livres récemment parus et les lectures faites22. Ces deux éléments indiquent que Pezé des Galesnières a possédé une bibliothèque outre-Manche.

En France, le pasteur du Mans a également détenu une collection de livres, dont l’ampleur demeure inconnue en l’état actuel des recherches. Néanmoins, cinq témoins de cette bibliothèque pastorale ont pu être retrouvés dans les collections publiques ornaise et sarthoise.

Le premier titre identifié est l’exemplaire manceau. Il s’agit de l’édition saumuroise du Myrothecium evangelicum de John Cameron, dont l’édition originale, qui remonte à 1632, est due à Louis Cappel. En 1677, le duo Isaac et Henri Desbordes réédite ce volume, dont le pasteur manceau possède un exemplaire.

Le Mans, Médiathèque Louis-Aragon, TH 4° 10010 : John Cameron [édition par Louis Cappel], Myrothecium evangelicum. Hoc est, Novi Testamenti loca quamplurima ab eo, post aliorum labores, apte & commode vel illustrato vel explicata, vel vindicata, Saumur, Isaac et Henri Desbordes, 1677, in-8.

Outre son ex-libris sur la page de titre, il comporte une note manuscrite de Pezé des Galesnières23. Trois anecdotes sont rapportées par le ministre sur la page de garde de son exemplaire. L’ensemble constitué situe John Cameron, le fondateur de l’École théologique dite de Saumur, dans l’histoire de la théologie calviniste de langue française. La première indique :

Quand Cameron dit doctissimus interpres [le commentateur très savant], il entend Bèze, et Bèze appelait ainsi Calvin.

La seconde note précise :

Mr Amyraut disait (at quem virum ! [et quel homme !]) que, si lors même qu’il était professeur, Cameron avait encore vécu, il aurait pris son porte-feuille, et serait allé l’entendre, comme un de ses disciples.

La troisième note affirme :

Mr Claude conseille de lire et relire continuellement Cameron et les thèses de Saumur.

« Mr Claude » désigne Jean Claude. Né en 1619, ce pasteur originaire du Périgord est d’abord ministre dans le sud avant de gagner la capitale en 1666 pour devenir pasteur à Charenton, le temple de la communauté réformée parisienne.

L’anecdote relative à Amyraut ne doit pas tromper le lecteur : né en 1658, Pezé des Galesnières ne peut pas avoir suivi les cours du célèbre professeur de théologie saumurois, mort en 1664. Par contre, cette note témoigne de la transmission d’une citation, peut-être orale, du théologien au sein de la communauté des pasteurs huguenots. Quoiqu’il en soit, la place accordée à Cameron dans une chronologie allant de Calvin à Claude en passant par Bèze et Amyraut témoigne selon toute vraisemblance de l’appartenance de son scripteur à l’école de Saumur, vraisemblablement à son aile modérée amyraldienne, représentée par Jean Claude après la mort de son fondateur24. Bien qu’il s’agisse vraisemblablement de l’unique vestige de la bibliothèque du dernier pasteur de la ville dans les collections publiques locales, l’exemplaire du Mans est précieux en ce qu’il témoigne de la très probable formation théologique de Pezé des Galesnières, au moins pour partie, à l’Académie de Saumur. Enfin, dans le volume, à au moins trois reprises, il traduit en français quelques mots ou la partie d’une phrase, attestant sa lecture attentive du texte du théologien écossais.

L’ensemble alençonnais revêt quant à lui un triple  intérêt : constituer le reliquat ; donner un aperçu, certes limité, sur la composition de cette bibliothèque pastorale ; lever le voile sur son destin après 1685.

Alençon, Médiathèque Aveline, Res GG 3 5 : Johann Roszfeld, Thomas Dempster, Antiquitatum Romanarum corpus absolutissimum, in quo praeter ea quae Joannes Rosinus delineaverat, infinita supplentur, mutantur, adduntur : Ex criticis, et omnibus utriusque linguae auctoribus collectum : Poëtis, Oratoribus, Historicis, Iurisconsultis, qui laudati, explicati, correctique : Thoma Dempsteo a Muresk, J. C. Scoto Auctore. Edition postremae emendiator, Genève, Pierre et Jacques Chouet, 1632,  in-4.

Alençon, Médiathèque Aveline, M 1 7 : Longin, Dionysii Longini Philosophi et Rhetoris, [Peri Hipsous], Libellus [de sublimitate], cum notis, emendationibus, et praefatione Tanaquilli Fabri, Saumur, Jean Lesnier, 1653, in-8.

Alençon, Médiathèque Aveline, Q 6 15 : Apollodore d’Athènes, [Apollodōroū Athenaīoū Bibliothēkes, ē Perī Thēoū, biblia trēis] Apollodori Atheniensis Bibliotheces, sive de Diis libri tres. Tanaquillus Faber recensuit et notulas addidit, Saumur, Jean Lesnier, 1661, in-8.

Alençon, Médiathèque Aveline, Q 6 40 : Juste Lipse, Epistolicarum quaestionum libri V, in quis ad varios scriptores, pleraeque ad T. Livium, Notae, Anvers, Christoph Plantin, 1577, in-8.

L’ensemble alençonnais témoigne de l’intérêt de Pezé des Galesnières pour la littérature antique. La présence de deux volumes dus à Tanneguy Le Fèvre est particulièrement intéressante en ce qu’elle atteste la diffusion des éditions du professeur de Saumur au sein du corps pastoral huguenot. Faut-il y voir l’indice que le Manceau a suivi son enseignement ? Là encore, le décès de Le Fèvre survenu en 1672 incite à la prudence25. A ces deux éditions s’ajoute le classique de Johann Roszfeld proposant un panorama de la Rome antique, notamment des mœurs, coutumes et traditions religieuses romaines26. Enfin, le dernier volume témoigne de la diffusion des références humanistes avec un recueil de critique textuelle de Juste Lipse27  portant également sur la littérature antique.

Le corpus d’annotations est réduit : deux notes marginales à l’encre dans l’Antiquitatum Romanarum ; une mention du lieu et du prix d’achat de l’Apollodore ; deux notes sur le Juste Lipse. Ce dernier exemplaire est le plus intéressant. Sur une page de garde finale, Pezé des Galesnières note, au crayon de couleur orange, son appréciation personnelle : « Ce livre est fort bon ». Puis, au verso de la même page, où il inscrit également son ex-libris à l’encre : « Monsieur de Balzac app. en son aristippe appelle Juste Lipse L’oracle des pays bas » (sic).

Alençon, Médiathèque Aveline, Q 6 40 : mention de Guez de Balzac sur l’exemplaire de l’ouvrage de Juste Lipse et ex-libris autographe.

Le pasteur cite ici une formule effectivement employée par Guez de Balzac dans le discours septième d’Aristippe, ou De la cour28. Il dévoile peut-être du même coup un sixième titre de sa bibliothèque, même si la consultation d’un livre prêté peut toujours être envisagée.

Alençon, Médiathèque Aveline, M 1 7, Q 6 15 et Q 6 40 : dos des reliures, dont les deux aux fleurs de lys (Res GG 3 5 est quant à lui relié en parchemin).

Un dernier élément remarquable de l’ensemble alençonnais concerne les deux titres édités par Tanneguy Le Fèvre : ils portent une reliure en veau dont les entrenerfs sont ornés de fleur de lys. Affirmer qu’il s’agit des reliures qu’a connues le pasteur manceau sur ses exemplaires serait audacieux mais la coïncidence mérite d’être signalée. Cet élément a été recherché spécifiquement dans le fonds alençonnais sans qu’un autre exemplaire ait pu être identifié qui, s’il avait seulement porté un ex-libris postérieur à celui du huguenot, aurait permis d’éliminer cette hypothèse. En l’état actuel des investigations, elle doit rester au conditionnel.

Après la révocation : une dispersion locale

Que Pezé des Galesnières ait possédé une bibliothèque avant et après la révocation est une certitude. La question qui se pose néanmoins est celle de la continuité entre ses deux ensembles. Dans sa note consacrée aux bibliothèques huguenotes dans l’Histoire des bibliothèques françaises, Louis Desgraves estimait que ces collections « connurent surtout le sort de beaucoup de leurs propriétaires : l’émigration »29. La conservation en France d’au moins cinq livres ayant appartenu à Pezé des Galesnières indique qu’avant de s’exiler, le pasteur manceau s’est, au minimum, séparé d’une partie de ses livres. Les marques de possessions postérieures à celle du pasteur sur le Myrothecium evangelicum ne permettent pas de retracer le parcours du titre conservé au Mans, même si cette présence dans la ville quittée par l’ancien possesseur du livre autorise à formuler l’hypothèse d’une dispersion locale. Celle-ci est confirmée par les exemplaires retrouvés à Alençon. Tous portent en effet l’ex-libris imprimé de la bibliothèque du chapitre cathédral de Sées : « E Biblioteca Capituli Sagiensis ». Les livres de Pezé des Galesnières parcourent donc ainsi près de 70 kilomètres.

Alençon, Médiathèque Aveline, Q 6 15 : l’ex-libris imprimé du chapitre cathédral de Sées.

L’apparence de l’étiquette collée sur le contreplat supérieur autorise à penser qu’elle date de la première moitié du XVIIIe siècle30. L’absence d’autre marque de possession datable de la fin du XVIIe ou du début du siècle suivant permet d’envisager qu’il n’y a pas eu de possesseur intermédiaire entre la bibliothèque du ministre réformé et celle du chapitre cathédral. La présence de quatre livres de la même bibliothèque chez un unique possesseur ultérieur conduit enfin à supposer que le transfert entre les deux bibliothèques s’est déroulé en une seule fois, vraisemblablement lors d’une vente, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’est agi d’une vente aux enchères ou bien d’un achat en lot sur le marché de l’occasion31. On soulignera enfin la cohérence de l’ensemble alençonnais, quatre titres liés à l’antiquité, qui témoigne certes de l’intérêt de l’ancien pasteur pour ce domaine mais aussi de ceux qui ont procédé à l’acquisition des ouvrages pour le chapitre cathédral de Sées, vraisemblablement au XVIIIe siècle, peut-être plusieurs décennies après la révocation de l’édit de Nantes. Les clercs catholiques n’ont probablement pas été intéressés par les traités de controverse d’un adversaire désormais réduit à la clandestinité et dont la bibliothèque de Pezé des Galesnières devait également compter des représentants, ainsi qu’en témoigne l’exemplaire du titre posthume de Cameron.

S’il est demeure impossible de dégager le profil de la bibliothèque Pezé des Galesnières avant la révocation à partir des cinq seuls titres retrouvés, ce petit reliquat constitue un exemple de bibliothèque pastorale du second XVIIe siècle. Il vient illustrer l’alternative contenue dans le « surtout » de Louis Desgraves en attestant une dispersion locale et confirme, après d’autres exemples dont celui de la bibliothèque de l’Académie de Saumur, la récupération de certaines collections huguenotes par les institutions catholiques.

  1. J’évoque cette bibliothèque dans la conclusion programmatique d’Ex Bibliotheca, les livres retrouvés de l’Académie réformée de Saumur, Gand, Snoeck, 2020, p. 151. []
  2. Au Mans, le sondage a porté sur plus de la moitié du fonds ancien. À Alençon, des coups de sonde ont été réalisés à partir des catalogues. Une enquête approfondie à Alençon permettrait très vraisemblablement d’identifier d’autres exemplaires. []
  3. Je remercie la Médiathèque Louis Aragon du Mans et la Médiathèque Aveline d’Alençon de m’avoir autorisé à reproduire les photographies des ouvrages de Pezé des Galesnières. Je remercie également Nadine Ferey pour l’aide qu’elle m’a apportée dans la consultation de certaines références. []
  4. Voir infra note 11. Dans la présente esquisse, les données de la notice qui lui est consacrée dans La France protestante sont complétées, actualisées et corrigées le cas échéant (Eugène et Émile Haag, « Pezé (Pierre) », La France protestante, Paris, Cherbuliez, 1858, t. VIII, p. 216). La notice la plus précise sur sa vie outre-Manche figure dans Charles Clay, Registers of the reformed church of Le Mans, London, Publications of the Huguenot Society, 1961, p. xix-xxiii. []
  5. Didier Boisson (éd.), Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées d’Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), Genève, Droz, 2012, p. 358. []
  6. Ibid., p. 358, 343 et 470. []
  7. Ibid., p. 471, 476-477 et 479. []
  8. Ibid., p. 479. []
  9. Charles Clay, Registers of the… , op. cit., p. xix []
  10. Didier Boisson (éd.), Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées d’Anjou…op. cit. p. 484. []
  11. https://archives.touraine.fr/ark:/37621/pqr43zd9xm28/cbac3a2a-c73f-4da1-a1c5-050b0b9c4394 et Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs de la province synodale d’Anjou, Maine, et de Bretagne, XVIe-XVIIe siècles, Pau, Centre d’Études du Protestantisme Béarnais, 2006, p. 96. []
  12. Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. 19. []
  13. W. et Susan Minet (éd.), Register of the Church of Hungerford Market, later Castle Street, London, Frome, Publications of the Huguenot Society, vol. XXXI, 1928, p. IX-XII. Sur Claude Groteste de La Mothe, voir Orentin Douen, « Groteste Claude », in Frédéric Lichtenberger (dir.), Encyclopédie des sciences religieuses, Paris, Sandoz et Fisbacher, 1878, t. V, p. 749. []
  14. Voir Samuel Pepys, Diary and Correspondence of Samuel Pepys, F.R.S., Secretary to the Admiralty in the Reigns of Charles II. and James II. With a Life and Notes, London, H. Colburn, 1849, t. V, p. 417-418 ; William Henry Manchee, « Samuel Pepys and his link with the Huguenots », Proceedings of the Huguenot Society of London, XV, 1936, p. 328-331 ; Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. xix. []
  15. Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. xx. []
  16. Eugène et Émile Haag, « Pezé (Pierre) », op. cit., t. VIII, p. 216 et Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. xx. []
  17. Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. xx-xxi. []
  18. Winfred Turner, « Selection from documents », in The Aufrère papers : calendar and selection, Publications of the Huguenot society of London, XL, 1940, p. 207 ; Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. xxii. []
  19. Charles Clay, Registers of the…, op. cit., p. xx. []
  20. Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs… , op. cit., p. 96. []
  21. Pezé des Galesnières à Pepys, 1er janvier 1700, cité in William Henry Manchee, « Samuel Pepys and… », art. cit., p. 328-329. []
  22. Winfred Turner, « Selection from documents », op. cit., p. 207-208. []
  23. La comparaison avec son écriture des registres manceaux (un folio reproduit hors-texte in Charles Clay, Register of the…, op. cit.) et les annotations figurant sur les exemplaires retrouvés à Alençon ne laisse aucun doute. []
  24. Sur la question de la bipartition de l’école de Saumur, voir Albert Gootjes, « L’héritage de John Cameron en France au XVIIe siècle : les origines de la pensées de Claude Pajon », Bulletin annuel de l’Institut d’histoire de la Réformation, 32, 2010-2011, p. 51-70 et Thomas Guillemin, « ‘‘La doctrine de Saulmur et de Blois’’. Nouvelles perspectives sur l’École théologique de Saumur », XVIIe siècle, à paraître en 2021. []
  25. Sur Tanneguy Le Fèvre et son enseignement à Saumur, voir Jean-Paul Pittion, « Tanneguy Le Fèvre (1615-1672) », http://archives.ville-saumur.fr/_depot_amsaumur/_depot_arko/articles/815/tanneguy-le-fevre-1615-1672-_doc.pdf. []
  26. Valéry Berlincourt, Commenter la Thébaïde (16e-19e s.) : Caspar von Barth et la tradition exégétique de Stace, Leiden, Brill, 2013, p. 501. []
  27. Voir Lambert Isebaert, « Tacite ou Tite-Live ? Le choix de Juste Lipse », in Pierre Assenmaker (dir.). Tite-Live, une histoire de livre, Nouvelle édition [en ligne]. Namur, Presses universitaires de Namur, 2017 (généré le 14 décembre 2020), http://books.openedition.org/pun/676. []
  28. Jean-Louis Guez de Balzac, Aristippe, ou De la Cour, Paris, Augustin Courbé, 1658, p. 211. []
  29. Louis Desgraves, « Notes sur les bibliothèques protestantes », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1989 p. 252. []
  30. Elle rappelle celle retrouvée à Orléans pour identifier les ouvrages de la bibliothèque capitulaire offert par le ministre converti Marin Groteste Desmahis (Voir Thomas Guillemin, « La bibliothèque retrouvée de Marin Groteste Desmahis, pasteur converti », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 181, (2019), p. 26). []
  31. Similaire aux acquisitions réalisées en 1717 par dom Maur Audren pour la bibliothèque de l’abbaye Saint-Vincent du Mans sur le marché d’occasion saumurois (voir sur ce point Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic, Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie réformée de Saumur, Gand, Snoeck, 2020, p. 142-143). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.