Autour d’Anne de Mornay : livres et transmission de la foi réformée dans une dynastie de l’aristocratie huguenote

Dans l’histoire du protestantisme français au tournant des XVIe et XVIIe siècles1, Philippe Duplessis-Mornay est une figure incontournable2. L’histoire de sa famille est connue grâce à la production écrite de son couple, d’une part la correspondance échangée avec sa femme Charlotte d’Arbaleste et d’autre part les mémoires de celle-ci, à la fois biographie de son mari et autobiographie partielle3. L’enquête menée pour le projet Ex Bibliotheca a permis de réunir un petit corpus de livres relatif à Anne de Mornay, fille cadette du couple Mornay-d’Arbaleste. L’étude des particularités d’exemplaires permet d’apporter une nouvelle contribution à l’examen du rôle des femmes dans la transmission conjointe4 de la foi et de la mémoire familiale au sein d’une dynastie de l’aristocratie huguenote de la première modernité5.

« Anne de Mornay dame de la Tabarière, ma fille » (1583-1644)

Philippe Duplessis-Mornay épouse Charlotte d’Arbaleste en 1576. Leur fille cadette, Anne, voit le jour en 15836. À Saumur, le 29 octobre 1603, elle est mariée à Jacques des Nouhes de la Tabarière, baron de Sainte-Hermine, originaire du Poitou7, né en 15738. En 1605, Jacques des Nouhes participe à l’assemblée politique de Chatellerault9. Grâce à son beau-père, il obtient en 1616 le gouvernement de Fontenay-le-Comte, alors place de sûreté depuis la signature de l’édit de Nantes10. Dès 1604, le couple des Nouhes-Mornay fait construire un temple dans le bourg de Sainte-Hermine tout en rendant la chapelle du château au culte catholique11. Jacques des Nouhes entreprend de rénover entièrement son château de Sainte-Hermine et dans son testament de 1606, Philippe Duplessis-Mornay lui fait don de 600 livres pour y faire construire un caveau où les dépouilles de la famille Mornay-d’Arbaleste, dont l’inhumation est initialement prévue dans le caveau du temple de Saumur12, devront être réunies si la situation religieuse venait à dégénérer13. Dans le même testament, Jacques et Anne se voient également confier l’éducation d’Atoupa, le cadet des deux frères indiens originaires de Guyane, devenus domestiques du gouverneur de Saumur14. En novembre 1623, avec plusieurs de ses frères et sœurs et accompagnée de son mari, Anne assiste son père lors de son agonie15. Jacques des Nouhes disparaît quant à lui le 24 juillet 163116. Anne se remarie avec Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, en juillet 164317. Elle meurt durant la seconde moitié du mois de septembre 164418.

Corbeille aux armoiries de Jacques des Nouhes et de sa femme Anne de Mornay (1603), Ecouen, musée national de la Renaissance

De son premier mariage avec Jacques des Nouhes, Anne a 7 enfants, dont trois filles lui survivent.

  1. Philippe, baron de Lande, né à Bodet, le 10 décembre 1604, tué au siège de Bois-le-Duc en 1629
  2. Charlotte, née à Bodet, le 2 mars 1608
  3. Anne, née à Bodet, le 25 mars 1609, morte dans les semaines suivantes
  4. Catherine, née à Bodet, le 4 septembre 1610, morte le 15 mai 1627
  5. François, seigneur de Sainte-Hermine, né à Bodet, le 30 juin 1613, mort en 163619
  6. Élisabeth, née à Saumur, le 5 juillet 1615, mariée, en 1633, à Georges Le Clerc de Juigné
  7. Françoise, née le 16 mai 1621, à Sainte-Hermine, mariée à Jacques Le Vasseur

Un reliquat de la bibliothèque d’Anne de Mornay

Lors de l’écriture de cet article, il n’a pas été possible de vérifier si l’inventaire après-décès d’Anne de Mornay existe toujours. Le cas échéant, il pourrait contenir l’inventaire de sa bibliothèque et ainsi permettre une étude plus précise de la lectrice qu’elle fut. En l’état actuel de mes recherches, quatre ouvrages permettent de lever en partie le voile sur la place du livre dans la vie de la dernière fille du conseiller d’Henri IV, tout en ouvrant quelques perspectives inattendues.

Le premier livre du corpus est signalé dès le milieu du XIXe siècle. Lors de la vente Charavay du 23 novembre 1852, une Bible provenant de la famille de Mornay passe à l’encan. Elle est décrite avec précision dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français de la même année20. L’ouvrage est acquis par Charles Read, qui en fait don à la Bibliothèque du Protestantisme Français le 12 novembre 187821, où elle est désormais conservée sous la cote 2° 555 Res22. Il s’agit d’une édition in-folio de la bible sortie des presses des Haultin à La Rochelle, en 1606. Les particularités – remarquables à plus d’un titre – de cet exemplaire seront évoquées plus loin.

Bibliothèque du Protestantisme Français, 2° 555 Res : LA BIBLE, QVI EST TOVTE LA SAINCTE Escriture du Vieil & du Nouveau Testament : Autrement L’ancienne & la Nouvelle Alliance. Le tout reueu & conferé sur les textes Hebrieux & Grecs par les Pasteurs & Professeurs de l’Eglise de Geneve avec une Table bien ample Item les Pseaumes & Cantiques avec les prieres Ecclesiatiques, La Rochelle, Par les Heritiers de Hierosme Haultin, 1606, in-fol.

C’est toujours dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français que le docteur Liandon de Dangeau23 signale le deuxième volume du corpus en 185824. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition originale de De l’institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie de Mornay.  Il est orphelin de sa page de titre mais comporte deux éléments remarquables quant à l’histoire de la famille Mornay, qui seront évoqués plus bas.

Médiathèque Louis-Aragon, TH 4° 3468 : Philippe Duplessis-Mornay, De l’Institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie en l’Église ancienne. Ensemble quand, comment, et par quels degrez la Messe s’est introduicte en sa place, La Rochelle, Jérôme Haultin, 1598, in-4 (ici page de titre de l’exemplaire de la B.M. de Lyon, 129640).

Dans le cadre de l’enquête menée pour le projet Ex Bibliotheca, j’ai localisé l’exemplaire signalé par Liandon de Dangeau et identifié une bible in-folio portant l’ex-libris d’Anne de Mornay. Enfin, Sophie Renaudin, conservatrice du fonds ancien du Mans, a identifié un second ex-libris de la fille du gouverneur de Saumur, apposé sur un ouvrage dû à un juriste huguenot.

Médiathèque Louis Aragon (Le Mans), TH F° 188 : ex-libris d’Anne de Mornay (cliché Médiathèque Louis Aragon).

Médiathèque Louis Aragon, TH F° 188 : La Bible, qui est toute la saincte Escriture, contenant le Vieil et le Nouveau Testament : ou, la vieille et nouvelle alliance. Quant est du Nouveau Testament, il a esté revue et corrigé sur le Grec, par l’avis des Ministres de Geneve, Genève, François Perrin, 1563, in-fol.25.

Médiathèque Louis Aragon, 5e ST 563 : Charles Chappuzeau, Le Devoir général de l’homme en toutes conditions, envers Dieu, le Roy, le public, son prochain et soy-mesme […] divisé en six livres, Paris, A la fleur de lys, 1617, pièces liminaires et 372 p., in-8. [illustration infra]

Un décor inconnu de la bibliothèque de Duplessis-Mornay

Médiathèque Louis Aragon (Le Mans), TH 4° 3468 : reliure (plat supérieur et dos)

Alors que ce corpus concerne au premier chef sa fille cadette, l’un des livres manceaux apporte une information inédite sur la bibliothèque de Philippe Duplessis-Mornay. En effet, la reliure en vélin de l’exemplaire du De l’institution… porte un élément original : le négatif d’une autre reliure décorée. Dans la partie haute du plat supérieur, une mouillure a teinté le vélin sur une dizaine de centimètres environ. Apparaissent ainsi distinctement, mais en négatif, les éléments du décor d’un plat, précisément d’un encadrement alternant motif végétal et double phi, le chiffre de Duplessis-Mornay26.

Détail du plat supérieur de l’exemplaire TH 4° 3468 : motif de décor en négatif, alternance d’ornement végétal et du chiffre de Duplessis-Mornay (double phi) et sommet d’un encadrement central du plat.

Ce transfert révèle que selon toute vraisemblance, Mornay a conservé un temps cet exemplaire dans ce qu’il appelait sa « petite bibliothèque », où il rangeait ses propres livres richement reliés. Néanmoins, les exemplaires issus de cette collection connus ou décrits dans les catalogues de bibliothèque ne revêtent pas de décor intégrant un encadrement composé d’un motif végétal et du double phi27. Ce négatif est donc l’unique témoin d’un décor désormais perdu28.

La bible de famille des des Nouhes-Mornay

Premier ouvrage signalé du corpus, cité ponctuellement dans l’historiographie29, la bible conservée à la Bibliothèque du Protestantisme Français est exceptionnel à double titre. Elle porte une reliure jusqu’à présent attribuée aux livres ayant fait partie de la « petite bibliothèque » de Mornay. Cette reliure en maroquin rouge du Levant est frappée de ses armes (« Fascelées d’argent et de gueules de huit pièces, au lion morne de sable, couronné d’or, brochant sur le tout ») et chiffres (double phi), et parfois de sa devise (« Arte et marte »)30.

Bibliothèque du Protestantisme Français, BPF, 2° 555 Res : plat supérieur de la reliure d’apparat aux armes, chiffre et devise de Duplessis-Mornay. Le plat inférieur porte les armes et la devise de Charlotte d’Arbaleste (cliché BPF).

Si cette bible a été revêtue de la reliure habituellement réservée par Mornay à ses propres livres, c’est parce qu’il en fait cadeau à sa fille, ainsi que l’indiquent trois éléments : un super ex-dono étonnamment placé sur le dos de la reliure, telle une pièce de titre : « J’ay donné ceste Bible à ma fille de La Tabarière Philipes de Mornay Arte et Marte », une dédicace autographe de Mornay datée du 29 septembre 1620 et une note d’Anne elle-même, qui rappelle que ce livre est un cadeau de son père.

Bibliothèque du Protestantisme Français, 2° 555 Res : super ex-dono sur le dos de la reliure d’apparat de la Bible offerte par Mornay à sa fille Anne (cliché BPF).

De ce précieux présent, le couple des Nouhes-Mornay fait sa bible de famille. L’appellation est utilisée pour qualifier une bible offerte lors d’un mariage, comme l’atteste un exemplaire de la toute fin du XVIe siècle portant un ex-dono aux nouveaux époux31 mais aussi pour une bible où un couple inscrit sur les pages de garde les dates importante de sa vie, à savoir les naissances, mariages et décès de ses enfants. Cette pratique peut apparaître comme une déclinaison du livre de raison où sont notamment inscrits les moments importants d’une vie familiale32. Elle est probablement plus répandue en milieu réformé que catholique, étant donné l’importance de la lecture de l’Écriture sainte chez les premiers et donc la possession de bibles par les familles33. Quant à la géographie et la chronologie de cette pratique, elles demeurent floues en l’absence d’étude d’ampleur34. Pour le royaume de France, l’idée qu’elle se soit généralisée durant la période du Désert35 mériterait d’être réexaminée. Il est en tous les cas possible de l’attester dans toute l’Europe protestante du XVIe au XIXe siècle : pour la seconde moitié du XVIe siècle dans l’espace germanique36 ; en France dans la première moitié du XVIIe siècle avec la bible des des Nouhes-Mornay ; en Irlande au milieu du XVIIe siècle avec la bible de la famille Molyneux37 ; à Neuchâtel au XVIIIe siècle38 ; en Angleterre au XIXe siècle39.

Mornay offre cette bible à sa fille en 1620 : à cette date, six de ses enfants sont déjà nés, dont les actes de naissances ont vraisemblablement été inscrits en une seule fois étant donné l’uniformité de leur écriture. Une répartition genrée s’observe d’ailleurs dans la tenue de cette bible de famille : Jacques des Nouhes a inscrit les dates de naissance des enfants de son couple (au verso de la seconde garde supérieure) tandis qu’Anne rapporte les circonstances de la mort de trois de ses enfants (au verso de la première garde supérieure) : Anne (en 1609), Catherine (en 1627) et Philippe (en 1629)40.

À deux reprises, Anne de Mornay offre cette bible à l’un de ses fils, ainsi que l’attestent deux ex-dono autographes. D’abord, le 30 octobre 1620, elle la donne en cadeau à son fils aîné Philippe. Après le décès prématuré de celui-ci, elle l’offre à son deuxième fils, François, le 29 juillet 1630. Mais celui-ci meurt également avant sa mère, en 1636. Or le dernier acte de baptême inscrit sur cette bible (au verso de la seconde garde supérieure), d’une main non identifiée, est celui de Charles Le Vasseur, fils de Jacques Le Vasseur et Françoise des Nouhes, la dernière fille du couple de Nouhes-Mornay : il naît et est baptisé le 1er avril 1646, soit dix ans après le décès du frère de sa mère et précédent possesseur de la Bible. Alors que le cadeau à ses deux fils s’accompagne d’un ex-dono autographe d’Anne, aucune note manuscrite ne témoigne d’un don de l’ouvrage à sa dernière fille. L’inscription de l’acte de naissance de Charles Le Vasseur permet de supposer qu’après la mort de François en 1636, Anne a offert cette bible à sa fille Françoise, mais rien ne l’atteste formellement. L’hypothèse que cette dernière en ait hérité au décès de sa mère ne peut être totalement exclue. Toujours est-il que ces annotations manuscrites réunissent trois générations de Mornay, faisant véritablement de ce volume une bible de famille.

Entretenir la foi par la transmission de la mémoire familiale

Cet exemplaire illustre de manière paradigmatique l’articulation de la mémoire familiale et de la foi réformée et la problématique de leur transmission chez la famille Duplessis-Mornay. Le couple formé par Mornay et d’Arbaleste est hors norme, tant par le rôle politique et religieux de Philippe que celui littéraire et mémoriel de Charlotte. En écrivant ses mémoires, qui sont d’abord la biographie de son époux, pour son fils aîné, elle entend fournir à celui-ci un modèle et espère qu’il suivra l’exemple paternel, tant dans sa vie personnelle – notamment religieuse – que publique – comme militaire, carrière à laquelle il se destine41. Une courte formule de l’épître dédicatoire exprime de manière synthétique l’objectif du texte : « Servez Dieu, et ensuivez vostre Père »42. En occupant ce rôle dans la formation de son fils, Charlotte d’Arbaleste s’inscrit dans la droite ligne du rôle attribué à la femme dans l’éducation des enfants par Calvin : « l’autorité est attribué tant à l’un qu’à l’autre, que Dieu ne veut point que le père seul gouverne son enfant, mais que la mère aussi ait une partie de l’honneur et prééminence »43. Dans un autre passage de ses Mémoires, Charlotte d’Arbaleste théorise l’articulation de la transmission de la mémoire familiale et de la foi réformée :

« Or, particulièrement nous sommes ingrats si nous ne reconnaissons cela en la conduite de nostre famille, si nous ne l’avons assiduellement devant nos yeux, si mesmes, pour les obliger tant plus à la crainte de Dieu, nous n’en laissons la mémoire à nos enfans ; outre que la souvenance du passé, quand nous nous le rendons présent par une assiduelle méditation de la providence de Dieu sur nostre vie, nous ayde de beaucoup à surmonter les difficultés qui s’y peuvent présenter cy après, pour nous y donner repos et consolation à l’advenir, car de combien de dangers Dieu nous a il retirés, où il n’y avait selon les hommes aucun espoir de vie, et en quel opprobre nous sommes nous veuz, et, au milieu de tout, Dieu nous a fait reluyre, et n’a point voulu qu’ayons été confus ; et en quelles anxiétés, en quelles nécessités nous sommes nous trouvés, esquelles touteffois il nous a fait abonder contre toute raison ? Et tout cela, loué en soit-il, pour la confession de la pure Religion, en laquelle prions-le de nous faire la grâce de persévérer, comme pour icelle il nous a fait cest honneur de souffrir. Or, avons nous à espérer, comme il est Dieu de nous, qu’il le sera aussy de nos enfans, car sa promesse y est ; mais comme il les saura bien conduire au but de leur élection par sa miséricorde, ne faut pas que, de nostre part, [3] nous laissions de les acheminer par le soin paternel de leur instruction, les rendant héritiers de la connoyssance et debteurs de la reconnoissance de tant de grâces que nous avons receu de luy et par conséquent embraséz de son amour, touchéz de sa crainte, dépendans de sa providence, assuréz en la fermeté de ses promesses. Et ne pouvons mieux les en faire capables qu’en leur représentant devant les yeux ce que nous avons, par la grâce de Dieu, expérimenté en tout le cours de nostre vie en noz personnes, qui est ce que je leur veux icy descrire particulièrement, ne doutant point qu’ilz ne prennent plaisir un jour de se remémorer les bénédictions que Dieu a espandues sur nous, nommément sur la personne de Monsieur du Plessis leur père »44.

Anne s’inscrit dans la même dynamique en transmettant à sa fille un livre écrit par Mornay, De l’Institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie, ainsi que l’atteste l’ex-dono autographe apposé sur l’exemplaire désormais conservé au Mans :

Pour ma fille Catherine des Nouhes
Icy tu trouveras escrit
Qu’un vray Dieu il faut adorer,
Ambracer un seul Jésus-Christ,
Et les idolles abhorrer.
Ton grand-père a formé ce livre,
Ta mère t’enjoinct de l’ensuivre.
Anne de Mornay
Dieu me suffit.
Fait à St-Hermine, le 13e décembre 162245.

Médiathèque Louis Aragon (Le Mans), TH 4° 3468 : ex-dono d’Anne de Mornay à sa fille Charlotte (cliché Médiathèque Louis Aragon).

Le rôle de la mère comme médiatrice dans la famille de Mornay46 se trouve confirmé avec cet exemplaire, qui témoigne aussi très vraisemblablement des liens entre Philippe Duplessis-Mornay et ses filles. En effet, il est probable qu’avec ce livre, Anne transmette un autre cadeau que son père lui avait initialement fait : la présence du décor en négatif décrit plus haut permet d’avancer cette hypothèse, puisqu’il témoigne que l’ouvrage fut un temps conservé dans la bibliothèque personnelle de son auteur.  Ainsi, si « pour celles qui possèdent le niveau de culture nécessaire, la lecture de la Bible demeure la forme principale de l’expression de la foi »47, cet exemplaire atteste, certes dans le cadre extraordinaire de la famille Mornay, la lecture d’ouvrages de controverse par des femmes48. On peut ainsi passer à l’affirmative l’hypothèse de Myriam Yardeni, qui écrivait au sujet du couple Mornay-d’Arbaleste : « il s’agit donc de deux parents parfaitement capables de méditer sur l’éducation de leur fils, et probablement aussi de celle de leurs filles »49. Et en offrant l’ouvrage à l’une de ses filles, Anne prolonge le possible geste paternel tout en assurant la transmission de la mémoire d’un grand-père que Catherine aura eu le temps de connaître, puisqu’elle a treize ans à la mort de l’ancien gouverneur de Saumur. Objet certes matériel, ce livre illustre que « l’héritage moral semble bien une valeur transmise par la mère »50.

Lecture d’une mère de la noblesse huguenote

À côté des deux livres exceptionnels – la bible de famille et l’exemplaire du De l’institution… – les deux autres ouvrages conservés au Mans complètent le portrait que nous avons d’Anne de Mornay comme lectrice. D’une part, en se séparant de la bible que lui avait offerte son père, elle ne perd pas la possibilité de lire l’Écriture sainte, puisqu’elle possède une bible genevoise, également in-folio. Exemplaire modeste par sa reliure courante et la perte de sa page de titre, il confirme la possession de plusieurs bibles dans les familles de la noblesse huguenote, fait déjà bien établi51.

Mais qu’Anne de Mornay ait possédé deux bibles et un livre de son père est au final peu surprenant. Ainsi, seul l’ouvrage de Charles Chappuzeau permet de partiellement dévoiler les centres d’intérêt de la fille de Mornay.  Chappuzeau est un huguenot. Baptisé à Poitiers le 28 octobre 1577, il devient avocat au Parlement de Paris puis au Conseil privé52. L’homme compte parmi ses amis Pierre Du Moulin, ainsi que l’atteste son contrat de mariage où le pasteur de Charenton figure en qualité de témoin53. En 1617, il publie Le devoir général de l’homme en toutes conditions, envers Dieu, le Roy, le public, son prochain et soy-mesme.

Médiathèque Louis Aragon (Le Mans), 5e ST 563 : ex-libris d’Anne de Mornay (cliché Sophie Renaudin).

L’ambition de l’avocat, énoncée au seuil du premier livre de son traité, est grande : « mon dessein est de rassembler comme en un plan racourcy tous les lineaments des affaires humaines »54. Dans ce premier livre, il s’intéresse à l’union de l’homme et la femme, dont l’objectif est de fonder une famille55. Dans le deuxième livre, il dépeint les relations interpersonnelles au sein de la famille nucléaire et au-delà, en concluant sur les relations amicales. Ce deuxième moment de l’ouvrage évoque plus précisément les rôles respectifs du père et de la mère dans l’éducation de leur progéniture. Dans le deuxième chapitre spécialement consacré aux mères, pour en dresser le portrait idéal, il puise une série d’exemples dans la Bible (Genèse, Exode, Livre des Rois)56, chez les classiques gréco-romains (Homère, Aristote, Plutarque, Sénèque, Lucien, Térence, Velleius Paterculus, Juvénal, Pline), ainsi que chez certains auteurs chrétiens des premiers siècles (Tertullien et Jérôme)57. La mère s’occupe de ses enfants depuis leur allaitement jusque, dans le cas des filles, leur formation. De l’exemple maternel58, celles-ci doivent apprendre ce qui feront d’elles des épouses modèles : tenue de la maison et gestion de la vie du foyer59. En leur fixant cet objectif, Chappuzeau exprime une conception traditionnelle du rôle des femmes60. Les quatre derniers livres du traité portent respectivement sur l’organisation de la société, les rois, la justice et enfin la vie chrétienne et comment obtenir son salut.

Ce livre paraît en 1617, Anne de la Tabarière a alors 34 ans : c’est la femme, l’épouse d’un noble et la mère de cinq enfants qui possède cet ouvrage. S’il lui a servi, c’est donc d’abord peut-être comme manuel d’éducation. Les deux premiers livres du traité ont probablement plus particulièrement retenu son attention : ses deux fils sont alors âgés de 13 et 4 ans et ses trois filles de 9, 7 et 2 ans.

Conclusion

Certes de taille modeste, le reliquat réuni de la bibliothèque d’Anne de Mornay confirme « le rôle primordial des femmes dans l’éducation religieuse des enfants »61. Les particularités d’exemplaires de la bible de famille et de l’exemplaire du De l’Institution… attestent l’articulation entre foi réformée et mémoire familiale et leur transmission conjointe par l’objet privilégié qu’est le livre. Sur le papier, les ex-dono manuscrits attestent des relations intergénérationnelles qui furent sans doute plus intenses que ces traces fugaces ne le laissent supposer. Quant à la lectrice que fut Anne de Mornay, son profil reste à préciser par des recherches ultérieures. Finalement, le seul ouvrage inattendu dans sa bibliothèque est un traité généraliste dont la dimension propédeutique a probablement permis à cette femme de la noblesse huguenote de réfléchir à l’éducation de ses propres enfants. Ainsi, selon différentes modalités, ce reliquat confirme que « les femmes [réformées] doivent être éduquées pour pouvoir lire les textes sacrés et semer le bon grain dans les familles »62 et constitue un exemple du matériau ayant permis tout à la fois leur formation et la transmission de leur foi et de leur savoir.

Épilogue : éclairages sur la dispersion de la bibliothèque d’Anne de Mornay après 1644

Faute d’avoir pu enquêter sur l’inventaire après-décès d’Anne de Mornay, l’histoire de sa bibliothèque après sa mort ici proposée est parcellaire et provisoire. Elle repose uniquement sur l’examen des différentes marques de possessions et notes manuscrites figurant sur les quatre exemplaires du corpus.

La Bible offerte par Mornay à sa fille est vendue aux enchères au milieu du XIXe siècle63. Le recto de sa première page de garde supérieure porte plusieurs annotations de différentes mains. La plus ancienne, inscrite à l’encre, peut être datée de la seconde moitié du XVIIIe siècle : « J’ai acheté cette Bible à la vente de la Bibliothèque du Noviciat des Jésuites Rue Pot au Fer en l’année 176.. ». Plus bas, la même main indique : « M. De Mornay Gouverneur du château de St Cloud prétend descendre de celui à qui cette Bible a appartenu ». Cette parenté paraît des plus improbables : ce Louis de Mornay est un Mornay de Montchevreuil, dont les liens avec la famille des Mornay auquel appartient Philippe Duplessis ne sont jamais établis par les généalogistes64. Si cette seconde phrase s’avère finalement anecdotique, la première est plus intéressante pour tenter de retracer l’histoire de la dispersion de la bibliothèque d’Anne de Mornay. La vente de la bibliothèque des jésuites survient en novembre 1763 : étonnamment, aucune bible imprimée chez les Haultin à La Rochelle en 1606 ne figure parmi les bibles calvinistes réunies à part dans la rubrique « Versions françoises » de la section« Écriture Sainte » de la première partie du catalogue consacrée à la théologie, et aucune n’apparaît dans le supplément final65. Mais la main qui inscrit cette note demeure imprécise, puisqu’elle laisse elle-même un point à la place du dernier chiffre du millésime de son acquisition. En confrontant ce détail au catalogue de la vente, l’hypothèse la plus vraisemblable est d’abord que cette mention a été inscrite non au moment de l’achat du livre mais bien des années plus tard et, ensuite, que le chiffre manquant trahit l’erreur du scripteur qui se trompe dans son souvenir. Ainsi décryptée, l’annotation initiale n’est donc plus d’aucune utilité et l’histoire du volume entre la mort d’Anne de Mornay en 1644 et sa réapparition lors de la vente Charavay du 23 novembre 1852 demeure un mystère en l’état des investigations66.

Retracer l’histoire de la transmission des trois volumes manceaux s’avère complexe. En effet, la bible genevoise et l’ouvrage de Mornay ont perdu leur page de titre respective. Sur la bible, cette disparition est probablement ancienne puisqu’Anne a apposé son ex-libris sur la première page imprimée existante du volume, celle de la préface sur le livre de la Genèse, où figure également le timbre bleu de la Bibliothèque municipale du Mans, utilisé dans le courant du XIXe siècle. Concernant ce timbre, il en va de même sur l’exemplaire du De l’institution… : il figure sur la première page imprimée.

Le don de l’ouvrage par Anne à sa fille ne signifie néanmoins pas que sa bible et le traité de son père ont connu deux transmissions différentes. En effet, Catherine meurt prématurément le 15 mai 162767. Le De l’Institution… a possiblement réintégré la bibliothèque maternelle après cette disparition, c’est du moins ce que permet de supposer la présence de plusieurs livres liés à Anne de Mornay dans le même fonds. Ces deux ouvrages ont probablement suivi la même voie après la mort de leur possesseuse en septembre 1644. Étant donné leur cotation, la bible et le traité de Mornay intègrent assurément les collections publiques mancelles lors des saisies révolutionnaires.

Dans un second temps, la question se pose des liens entre les deux volumes sans page de titre et celui qui conserve la sienne. Le livre de Chappuzeau provient de la bibliothèque du Grand Séminaire du Mans, entrée dans les collections publiques lors des saisies survenues en 1905-1906 dans le cadre de la loi de séparation des Églises de l’État68 : il porte en effet le tampon du « Seminarium Cenomanense » sur sa page de titre69. Son lien avec les deux autres volumes manceaux n’est pas évident a priori. En effet, l’explication de sa présence dans les collections du Grand Séminaire aurait pu être celle d’un doublon dans les saisies révolutionnaires, l’exemplaire d’Anne de Mornay aurait été rétrocédé aux institutions ecclésiastiques après la constitution du fonds publique manceau. Mais l’exemplaire de ce titre est l’unique des collections de la Médiathèque Aragon, il ne semble donc pas qu’il soit sorti des saisies révolutionnaire dans le cadre de l’élimination des doublons.

Néanmoins, ces trois ouvrages ayant appartenu à Anne de Mornay sont désormais conservés dans une seule et même collection : leur réunion interroge et permet d’avancer l’hypothèse suivante. Lors des saisies révolutionnaires, (au moins ?) trois livres provenant de la bibliothèque d’Anne de Mornay intègrent les collections publiques mancelles, soit en provenance d’une collection d’un particulier, soit d’une congrégation religieuse. La première hypothèse est la plus vraisemblable étant donné l’absence de marque de congrégation sur l’exemplaire du Chappuzeau. Pour une raison inconnue, celui-ci est sorti des saisies et intègre la bibliothèque d’un prêtre sarthois, dont la bibliothèque vient ensuite enrichir la bibliothèque du Séminaire. Seul un scénario de ce type (dont les acteurs et péripéties demeureront mystérieux) permet d’expliquer la dispersion des ouvrages hérités des saisies révolutionnaires entre le classement des Libraires de Paris et le 5e supplément constitué par les saisies de 190570.

  1. Je remercie Marianne Carbonnier-Burkard, Yohann Deguin, Margreet Dieleman, Nadine Férey, Martina Gromesova, Fabienne Le Bars, Pierre-Olivier Léchot, Sophie Renaudin et Sophie Vié pour leur aide apportée lors de la rédaction de cet article. Une actualisation a été effectuée le 21 mai 2020 pour insérer la bible de famille des Molyneux dans la section « La bible de famille des des Nouhes-Mornay ». []
  2. Sur Mornay, voir : Hugues Daussy, Les Huguenots et le Roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600), Genève, Droz, 2002 ; Didier Poton de Xaintrailles, Duplessis-Mornay, 1549-1623 : le « pape des huguenots », Paris, Perrin, 2006 ; Natacha Salliot, Duplessis-Mornay, la rhétorique dans la théologie, Paris, Classiques Garnier, 2009. []
  3. Charlotte Duplessis-Mornay, Les Mémoires de Madame de Mornay, édition critique par Nadine Kuperty-Tsur, Paris, Honoré Champion, 2010. []
  4. Phénomène notamment mis en évidence par Nadine Kuperty-Tsur à partir de mémoires de huguenots de la seconde moitié du XVIe siècle dans son article « Rhétorique parentale et religieuse : les voies de la transmission des valeurs de la Réforme aux enfants », in Myriam Yardeni et Ilana Zinguer (dir.), Les deux Réformes chrétiennes. Propagation et diffusion, Leiden, Brill, 2004, p. 153-171. []
  5. Sur le rôle des femmes de la noblesse dans la diffusion de la Réforme en France au XVIe siècle, voir l’article précurseur de Nancy Lyman Roelker : « The Role of Noblewomen in the French Reformation », Archiv Für Reformationsgeschichte – Archive for Reformation History, 63, 1972, p. 168-195 et, plus largement, Marianne Carbonnier-Burkard, « La Réforme en langue de femme », in Jean Delumeau (dir.), La Religion de ma mère Le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Paris, Éditions du Cerf, 1992, p. 173-192 ; Liliane Crété, Le protestantisme et les femmes : aux origines de l’émancipation, Genève, Labor et Fides, 1999, p. 53-91 ; Susan Broomhall, Women and Religion in Sixteenth-century France, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005. []
  6. Jean-Luc Tulot, Les Réformés de Saumur au temps de l’Édit de Nantes, Saumur, Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, 1999, p. 184. Charlotte évoque cette naissance dans ses mémoires : Charlotte Duplessis-Mornay, Les Mémoires de Madame de Mornay, op. cit., p. 165. []
  7. Id. Dans ses mémoires, Charlotte d’Arbaleste évoque cette union (Charlotte Duplessis-Mornay, Les Mémoires de Madame de Mornay, op. cit., p. 377). []
  8. Yves Saget, « Les Avaugour de Kergrois, seigneurs de Mauves, de Saffré et du Bois en Carquefou (1514-1758) », Cahier du Centre de Généalogie Protestante, 87, 2004/3, p. 146). []
  9. Ibid., p. 143. []
  10. Joshua Lee Rosenthal, The Sword That Divides And Bonds That Tie : Faith And Family In The French Wars Of Religion, Ph D. Dissertation, University of Arizona, 2005, p. 319, note 107. []
  11. Alain Delaval, « Le château de Sainte-Hermine (Vendée) : archéologie de la demeure d’un seigneur huguenot du début du XVIIe siècle », Bulletin Monumental, 164, 2006/3, p. 281. []
  12. Sur cette particularité, voir Philippe Chareyre, « Les protestants de Saumur au XVIIe siècle, religion et société », in François Lebrun (dir.), Saumur, capitale européenne du protestantisme au XVIIe siècle, Fontevraud, Abbaye royale de Fontevraud, 1991. p. 36. []
  13. Alain Delaval, « Le château de Sainte-Hermine… », art. cit., p. 281. []
  14. Voir David de Licques, Histoire de la vie de messire Philippes de Mornay seigneur du Plessis Marly…, Leyde, Bonaventure & Abraham Elsevier, 1647, p. 723 et Didier Poton, « Les « Toupinambous » de Mr de Mornay », in Laurent Vidal et Didier Poton (dir.), Du Brésil à l’Atlantique. Essais pour une histoire des échanges culturels internationaux, Enquêtes et Documents, 48, 2014, p. 101-111. []
  15. Ibid., p. 711. []
  16. René Vallette, « Les seigneurs de Bodet », Revue du Bas Poitou, 6, 1893/1, p. 11. []
  17. Eugène et Émile Haag, La France protestante, Paris, Cherbuliez, 1857, t. VII, p. 537 ; Hugues Daussy, Les Huguenots et le Roi…, op. cit., p. 43 ; contrat du second mariage : Archives Nationales, Minutier Central, Étude XLVI, 29 : Mariage de Jacques Nompart, duc de Caumont-La Force et d’Anne de Mornay, veuve : 25 juillet 1643. []
  18. « Au reste, j’ay appris depuis quelques jours que la longue maladie de Madame la duchesse de La Force s’est enfin terminée par la mort », lettre d’André Pineau à André Rivet, 1er octobre 1644, B. U. Leyde, BPL 286/I/149, éditée in Jean-Luc Tulot, Un huguenot à Paris au milieu du XVIIe siècle : correspondance d’André Pineau à son oncle André Rivet, consulté le 23 avril 2020, p. 143. René Valette se trompe donc lorsqu’il avance l’année 1647 pour le décès d’Anne (Voir René Vallette, « Les seigneurs de Bodet », art. cit. p. 12. []
  19. La date de mort de François n’est pas renseigné dans la bible d’où est tirée cette liste (voir infra), elle figure in Alain Delaval, « Le château de Sainte-Hermine… », art. cit., p. 281. []
  20. Charles Read, « Un souvenir de Philippe Du Plessis Mornay – Bible donnée par lui à sa fille Anne de Mornay. – Page de l’intimité. – Vie de la famille et culte domestiques chez nos ancêtres », Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, 1, 1852/5-6, p. 202-207. []
  21. Read inscrit ce don au recto de la garde supérieure du volume, où d’autres éléments de provenance postérieure à la possession par Anne de Mornay figurent, j’y reviendrai. []
  22. Je remercie Martina Gromesova et Sophié Vié pour la consultation à distance de cet exemplaire pendant le confinement, ainsi que pour les clichés ici reproduits. []
  23. Médecin major du 2e chasseurs à Saint-Mihiel (Meuse) et descendant de huguenots, qui transmet à la Société de l’Histoire du Protestantisme Français en 1853 un ensemble de documents sur ses aïeux (voir Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 2, 1853/3-4, p. 176-181). []
  24. Liandon de Dangeau, « Un souvenir d’Anne Du Plessis-Mornay, dame des Nouhes de la Tabarière (1622) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 7, 1858/1-3, p. 2-3. []
  25. L’exemplaire n’a plus sa page de titre. []
  26. Je remercie Fabienne Le Bars pour ses explications sur ce phénomène : « Le contact de l’eau sur les parchemins ou cuirs clairs occasionnent de manière naturelle l’apparition de taches brunes et de même leur mise en contact avec un cuir sombre humide. De manière logique, l’empreinte du décor apparaît ici en réserve, les zones dorées n’ayant pas été affectées (ou dans une moindre mesure) par l’humidité qui a gagné le cuir. » (courriel du 24 avril 2020). []
  27. Voir Hugues Daussy et Pierre Gourdin, « Livres et papiers de Philippe Duplessis-Mornay : le destin de la “petite bibliothèque” et du chartrier de La Forêt-sur-Sèvre », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 147, 2001, p. 629-653 et infra la bible qu’il offre à sa fille. []
  28. Sous réserve de découverte future. []
  29. René Vallette, « Les seigneurs de Bodet », art. cit. ; Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 195. []
  30. Voir Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic, Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie réformée de Saumur, Gand, Snoeck, 2020, p. 54. []
  31. « Une Bible de famille », BSHPF, 32, 1883/7, p. 332-333. []
  32. Sur ces documents particuliers relevant de la catégorie des écrits du for privé, voir Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, XVe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2007. []
  33. Citons l’exemple de Metz, où entre 1645 et 1672, 75% des nobles calvinistes possèdent des livres – en premier lieu la Bible, en plusieurs exemplaires – contre 22% des catholiques (Philip Benedict, « Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au XVIIe siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 40, 1985/2, p. 343-370, résumé in Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans…, op. cit., p. 195). []
  34. À titre purement indicatif, j’ai procédé au dépouillement des 100 volumes recensés en mai 2020 dans la section « Bible » de la Post Reformation Digital Library, ce qui a permis d’identifier deux cas, cités infra. []
  35. Georges Morache, Naissance et mort : étude de socio-biologie et de médecine légale, Paris, F. Alcan, 1904, p. 16-17. []
  36. Universitätsbibliothek Basel, FG IX2 96 : traduction allemande du Nouveau Testament (Bâle, Adam Petri, 1524) dont les folios inférieurs comportent des actes de naissance allant des années 1550 à 1632, dus à plusieurs mains. []
  37. Voir Maria O’Shea, « The Unicorn & the Fencing Mouse », exposition en ligne : https://www.marshlibrary.ie/digi/exhibits/show/doodles#584, consulté le 21/5/2020. []
  38. Collection Pierre-Olivier Léchot, La Sainte Bible qui contient le Vieux et le Nouveau Testament, Genève, J. A. Cramer et P. Perachon, 1693, in-fol. Bible de la famille d’Isaac Bedaulx, receveur de Neuchâtel qui y retrace sur le contreplat supérieur, à la manière d’un véritable livre de raison, les grands moments de sa vie – de sa naissance à son mariage avec Isabelle Brun en passant par la date d’achat de sa bible, jusqu’à, évidemment, la date de naissance de ses enfants. Une seconde main actualise certains actes en inscrivant en marge les dates de mort des derniers enfants du couple, l’un en 1802, la bible couvrant ainsi en une page de notes près d’un siècle et demi de l’histoire familiale. []
  39. Lors du dépouillement cité supra, a été identifiée une bible anglaise de 1595, où une famille de la première moitié du XIXe siècle a inscrit les actes de naissance et de mort d’une vingtaine de ses représentants. Cette pratique est répandue dans le monde anglo-saxon de telle sorte que ces notations sont reconnues juridiquement pour attester la naissance d’un individu en cas d’absence d’autre preuve (Désiré Dalloz (dir.), Jurisprudence générale du royaume en matière civile, commerciale et criminelle : ou Journal des audiences de la Cour de cassation et des Cours royales, Paris, Bureau de la Jurisprudence générale, 1857, p. 106-109, qui évoque un cas américain survenu en 1857 au cours duquel des actes de naissance des années 1750 sont cités). []
  40. Sur cette disparition, voir : « Sur la mort de Philippe des Nouhes de la Tabarière, baron de Saint-Hermine, petit-fils de du Plessis-Mornay (1629) » et « Lettres de consolation escrites à M. et à Madame de La Tabarière, sur le déceds de feu M. le baron de Sainct-Hermine, leur fils aisné », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 12,  1/3, 6/8, 9/10, p. 50-53, p. 287-297 et p. 399-408. []
  41. Susan Broomhall, Colette H. Winn, « Femme, écriture, foi : les mémoires de Madame Duplessis-Mornay », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 18, 2006, p. 587-604 ; Donna Donald Davis, « La mère comme médiatrice : les relations dans la famille Mornay », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 18, 2006, p. 605-615 ; Nadine Kuperty-Tsur, « Engagement et écriture protestante au féminin : les « Mémoires » de Madame de Mornay », Revue d’histoire du protestantisme, 1, 2016/1, p. 55-76.). []
  42. Charlotte Duplessis-Mornay, Les Mémoires…, op. cit., p. 65. On trouve par exemple la même articulation sous la plume de Catherine de Bourbon : « [Sur] la memoyre de la feu Royne ma mere je ne changeray jamais la profession que je fais de suyvre la vraye religion » (Damien Plantey, « Introduction » in Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle : Livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2016). []
  43. Jean Calvin, sermon sur Deutéronome, 21, 18-20, cité in André Biéler, L’homme et la femme dans la morale calviniste, Genève, Labor et Fides, 1963, p. 99. []
  44. Charlotte Duplessis-Mornay, Les Mémoires…, op. cit., p. 69-70. []
  45. Alors que Liandon de Dangeau, son inventeur,  en donne une description exacte, deux ans seulement après son signalement, l’exemplaire est présenté comme portant un envoi de Mornay lui-même à sa petite-fille (« Livres et manuscrits provenant de la bibliothèque de Du Plessis-Mornay. — Que sont-ils devenus?», Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 9, 1860/1-3, p. 25). []
  46. Donna Donald Davis, « La mère comme médiatrice… », art. cit. []
  47. Susan Broomhall, Colette H. Winn, « Femme, écriture, foi… », art. cit., p. 596. []
  48. Pour nuancer le caractère exceptionnel de ce cas d’une femme lectrice de traité théologique, citons l’exemple de la correspondance d’Isaac Papin (1657-1709). En relation épistolaire avec plusieurs de ses sœurs dans les années qui précèdent la révocation, il adresse, au moins à l’une d’entre elle, des lettres qui sont de véritables traités théologiques (voir Mario Sina, « Metafisica e teologia in alcune lettere inedite di Isaac Papin II : l’ordine della sapienza divina », Rivista di filosofica neoscolastica, 94, 2002/1, p. 547-558 et Thomas Guillemin, « Correspondants, relations et réseaux dans les « Papiers de jeunesse » d’Isaac Papin (1676-1685) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, n° spécial « Correspondances pastorales (XVIe-XXe siècles) », textes réunis par Marianne Carbonnier-Burkard, 159, 2013/1, p. 118-120). []
  49. Myriam Yardeni, « Éducation, instruction et institution chez les Duplessis-Mornay », in Marie-José Lacava et Robert Guicharnaud (dir.), L’Édit de Nantes. Sûreté et éducation, Montauban, Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme, 2000, p. 74. []
  50. Évelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990, p. 469. []
  51. Voir par exemple Philip Benedict, « Bibliothèques protestantes… », art. cit., p. 349 et Damien Plantey, « Introduction » in Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle : Livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2016. []
  52. Augustin de La Bouralière, Bibliographie poitevine ou Dictionnaire des auteurs poitevins et des ouvrages publiés sur le Poitou jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Poitiers, J. Levrier et G. Bonamy , 1908, p. 118 et Henri Bordier (dir.), La France protestante, seconde édition, Paris, Fischbacher, 1884, t. IV, c. 8. Rien d’inédit n’est apporté dans l’article Jeanne Leroy Fournier, « Les origines poitevines de l’écrivain protestant Samuel Chappuzeau », Bulletin de la Société des antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers, 1975/4, p. 131-132. []
  53. Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, Paris, Honoré Champion, 1911, p. 147. []
  54. Charles Chappuzeau, Le Devoir général de l’homme en toutes conditions, envers Dieu, le Roy, le public, son prochain et soy-mesme […] divisé en six livres, Paris, A la fleur de lys, 1617, p. 1. []
  55. Conception classique, voir Stéphane Minvielle, La famille en France à l’époque moderne. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2010, p. 82-83. []
  56. Charles Chappuzeau, Le Devoir général…, op. cit., p. 70. []
  57. Ibid., p. 70-71. []
  58. « Bref, les meres enseigneront leurs filles à bien faire, quand elles mesmes feront bien » (Ibid., p. 72). []
  59. Id. []
  60. Voir Dominique Godineau, Les femmes dans la France moderne. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2015, p. 40. []
  61. Raymond A. Mentzer, « La place et le rôle des femmes dans les Églises réformées », Archives de sciences sociales des religions, 113, janvier-mars 2001, 34, également 41. []
  62. Évelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans…, op. cit., p. 467. []
  63. Voir supra. []
  64. Voir Anselme de Saint-Marie et al., Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne & de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume…, Paris, Compagnie des libraires associez, 1730, t. VI, p. 283-284 ; Paul Roger, Noblesse et chevalerie du comté de Flandre, d’Artois et de Picardie, Amiens, Duval et Herment, 1843, p. 263 ; Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume, Paris, chez l’auteur, 1818, t. XIII, p. 386-387. []
  65. Catalogue des livres de la bibliothèque de la Maison professe des ci-devant soi-disans Jésuites, Paris, Pissot et Gogué, 1763, p. 6-8. et 446-448. Sur cette bibliothèque, principalement composée par leg de Pierre-Daniel Huet, voir Françoise Pélisson-Karro, « La bibliothèque de Pierre-Daniel Huet, évêque d’Avranches, entre la maison professe des jésuites et la Bibliothèque du Roi », in Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris, BnF, 1998, p. 107-130. []
  66. Au XIXe siècle, une seconde main commente la première en précisant d’une part que le noviciat est désormais le Lycée Charlemagne et en donnant d’autre part les noms de deux bienfaiteurs de la bibliothèque des jésuites, le père La Chaise et Bourdaloue. Ces éléments, dont l’examen dépasse le cadre de cet article, ne permettent pas de résoudre l’énigme de l’absence d’un exemplaire de cette bible dans le catalogue de la vente de 1763. []
  67. Charles Read, « Un souvenir de Philippe Du Plessis Mornay », art. cit., p. 205. []
  68. Didier Travier, « En marge de la Séparation des Églises et de l’État : origines et destin chaotique des bibliothèques ecclésiastiques nationalisées », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, 784, 2002, p. 101-140. []
  69. Sa cotation actuelle (qui changera à l’avenir) sous la catégorie « 5e supplément » confirme cette provenance. []
  70. Dans son article, Didier Travier décrit ce genre de cas attestés par d’autres titres (Didier Travier, « En marge de la Séparation des Églises et de l’État… », art. cit.). Étant donné l’absence d’ex-libris de Saint-Vincent, ces ouvrages ne sont pas liés au corpus saumurois du Mans (Sur ce corpus, voir Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic, Ex Bibliotheca…, op. cit.). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.