Échange informel lors d’un synode national des Églises réformées de France : un cadeau du pasteur David Blondel à René de Lauvergnat.

Si les synodes nationaux sont une organisation connue, Luc Daireaux a récemment souligné les difficultés auxquelles font face les historiens du protestantisme pour comprendre le fonctionnement précis de cet échelon majeur du système consistorial-synodal organisant la vie des Églises réformées de France1. Les sources renseignant ces épisodes ont leurs limites. D’une part, la rédaction même des actes formalise et synthétise des échanges complexes d’ordre pastoral, disciplinaire, financier ou théologique, parfois très longs : les actes donnent accès aux principales conclusions des débats, opérant possiblement une atténuations des difficultés rencontrées. D’autre part, ces actes ont connu une édition par Jean Aymon au début du XVIIIe siècle2, dont les défauts sont manifestes et l’ensemble n’a pas fait l’objet d’une édition critique contemporaine3. De plus, ces sources, certes fondamentales, ne témoignent pas de la vie quotidienne d’un synode, qu’il est très difficile d’approcher, sauf via des sources alternatives, telles des correspondances. L’enquête menée pour le projet Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur, a permis d’exhumer un autre type de document témoignant des interactions possibles lors d’un évènement réunissant des membres des Églises réformées issus de tout le royaume. Il date du synode national tenu à Charenton en 1631 et concerne un important ministre du premier XVIIe siècle.

Charles Duflos, portrait de David Blondel.

David Blondel est né à Châlons-en-Champagne le 25 septembre 1590. Il étudie à Sedan puis Genève. Reçu ministre en 1614 par le synode d’Île-de-France, il prend la tête du troupeau de Houdan. Il est régulièrement secrétaire des synodes provinciaux d’Île-de-France et occupe également cette fonction lors de quatre synodes nationaux4. En 1626, le synode national de Castres lui octroie une bourse pour financer des achats de livres nécessaires à l’écriture d’un ouvrage sur lequel il travaille alors, une réfutation du jésuite espagnol Francisco Torrès sur les décrétales attribuées à un certain Isidore Mercator5. L’ouvrage paraît en 1628 chez Pierre Chouet et est considéré par Torrance Kirby comme le « coup de grâce »6 dans la démonstration de la falsification que constitue ce corpus, après les contributions d’Érasme et de Charles du Moulin.

Médiathèque Louis Aragon, J 4° 1441 : David Blondel, Pseudo-Isidorus et Turrianus Vapulantes : seu editio et censura nova epistolarum omnium, quas piissimis urbis Romae praesulibus à B. Clemente ad Siricium […], Genève, Pierre Chouet, 1628. Page de titre.
Le 29 juillet 1631, le conseil de l’Académie de Saumur désigne David Blondel parmi les candidats possibles à la chaire de théologie de l’institution7, devenue vacante à la suite du décès de Samuel Bouchereau, fin décembre 16308. Début août 1631, le synode d’Anjou-Touraine-Maine, réuni pour préparer le synode national à venir, confirme cette sollicitation9. Mais le synode de 1631 tenu à Charenton maintient Blondel à son poste de ministre10, sur demande de François de La Rochefoucaud, seigneur du Roucy11.

Lors de ce synode national , Blondel est l’un des représentants du synode provincial d’Île-de-France auquel il appartient. La délégation de la province du Poitou compte en ses rangs René de Lauvergnat, écuyer, seigneur de Miauray12. Il est ancien de l’Église de Saint-Maixent, dans l’actuel département des Deux-Sèvres13. Notons que Lauvergnat ne figure pas parmi les représentants poitevins lors du précédent synode national, tenu à Castres en 162614.

Médiathèque Louis Aragon, J 4° 1441 : ex-dono autographe de René de Lauvergnat précisant la provenance de l’exemplaire (page de garde supérieure).

Un exemplaire du Pseudo-Isidorus de Blondel, désormais conservé à la Médiathèque Louis Aragon du Mans sous la cote J 4° 1441 porte un ex-dono autographe de René de Lauvergnat, qui a inscrit l’origine de cet ouvrage qui lui a appartenu : « Donné à Charenton en 1630-1631 par son autheur A MIAURAY estant au sinode national assemblé audit lieu de Charenton. » Minuscule lucarne sur les à-côtés d’un synode national, cette note dévoile l’un des échanges informels entre pasteurs et anciens qui pouvaient s’y dérouler.

  1. Luc Daireaux, « Le synode national de Castres (1626) », Chemins d’histoire, émission de Radio Clype, 26 avril 2020. https://soundcloud.com/luc-daireaux/chemins-dhistoire-radio-clype-la-synode-national-de-castres-1626-260420. Je remercie Luc Daireaux pour ses conseils sur l’écriture de ce billet. []
  2. Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises réformées de France auxquels on a joint des mandemens roiaux, et plusieurs lettres politiques […], La Haye, Charles Delo, 1710, 2 v. []
  3. Sur les synodes nationaux et Aymon, voir Bernard Roussel, « Pour un nouvel “Aymon”: les premiers Synodes nationaux des Églises réformées en France (1559-1567) ». 1 « La tradition des Actes des premiers synodes nationaux » et Solange Deyon, « Pour un nouvel Aymon. Les premiers Synodes nationaux des Églises réformées en France (1559-1567). II. Approche socio-historique » Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 139, 1993, p. 545-576 et p. 577-595 ainsi que Bernard Roussel, « Les synodes nationaux de 1594, 1596 et 1598 : le difficile maintien d’une « bonne union et intelligence » entre les églises réformées », in Michel Grandjean et Bernard Roussel, Coexister dans l’intolérance, l’édit de Nantes (1598), Genève, Labor et Fides, 1998, p. 115-133. Les actes des deux derniers synodes nationaux ont été édités : Françoise Chevalier (éd.), Actes des synodes nationaux des Églises réformées de France assemblées à Charenton en 1644 et à Loudun en 1659, Genève, Droz 2012, 454 p. []
  4. Henri Bordier (dir.), La France protestante, seconde édition, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1879, t. 2, c. 623-624, notice largement fondée sur celle consacrée à Blondel par Pierre Bayle dans le Dictionnaire historique et critique. []
  5. ibid., c. 624. Sur ce corpus de documents canoniques forgés au IXe siècle, voir http://www.pseudoisidor.mgh.de/. []
  6. Torrance Kirby, Emidio Campi, Frank A. James III (dir.), A Companion to Peter Martyr Vermigli, Leiden, Brill, 2009, p. 416. []
  7. Jean-Paul Pittion (éd.), Registres de l’Académie de Saumur, http://archives.ville-saumur.fr/ am_saumur/app/03_archives_en_ligne/01_academie_protestante /index.php., , f. 90 v. []
  8. Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs de la province synodale d’Anjou, Maine, et de Bretagne xvie-xviie siècles, Pau, Centre d’étude du protestantisme béarnais, 2006, p. 33. []
  9. Didier Boisson (éd.), Actes des synodes provinciaux des Églises réformées d’Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), Genève, Droz, 2012, p. 309. []
  10. Extrait des actes du synode national de Charenton transcrit dans les registres de délibérations du conseil académique de Saumur, Jean-Paul Pittion (éd.), Registres de l’Académie…, op. cit., f. 103 et Henri Bordier, La France protestante, op. cit., t. II, c. 626. []
  11. Déchargé de sa fonction pastorale par le synode de Charenton de 1644 afin de lui permettre de consacrer son temps à l’écriture de ses traités, Blondel est finalement recruté par l’université d’Amsterdam pour y succéder à Vossius en 1650. Il meurt aux Provinces-Unies en 1655 (Henri Bordier, La France protestante, op. cit., t. II, c. 626). []
  12. Henri Beauchet-Filleau et Charles de Chergé, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, Oudin et Cie, 1891, t. I, p. 584. []
  13. Aymon donne une transcription erronée de ses nom et terres : « René de Lauvrignac, Ecuier, Seigneur de Miauvrai » (Jean Aymon, Tous les synodes nationaux…, op. cit., t. II, p. 451). []
  14. Ibid., p. 330-331. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.