Un livre inconnu de la bibliothèque de Richard Simon : le Dictionarium hebraicum novum de Johann Forster

En 1998, Valérie Neveu livrait la première étude consacrée à la bibliothèque de Richard Simon1. Ce substantiel article restitue d’une part l’histoire de cette collection à partir des nombreuses sources qui la renseignent, notamment la riche correspondance de l’auteur de l’Histoire critique du Vieux Testament et propose d’autre part un inventaire du reliquat identifié dans plusieurs centres de conservation : bibliothèque municipale de Rouen, bibliothèque de l’Université de Rouen et bibliothèque municipale de Dieppe. Ce sont en tout 129 titres ayant assurément appartenu à l’oratorien que Valérie Neveu a pu localiser.

Né à Dieppe en 1638, Richard Simon commence son noviciat chez les oratoriens de sa ville natale en 1658. Après une année de philosophie chez les jésuites de Rouen, il poursuit sa formation au collège de la Sorbonne et s’affirme comme un étudiant érudit en sciences religieuses et en langues orientales. Dès 1662, il entre à l’Oratoire et sa spécialité en fait une figure à part dans la congrégation. En 1664-1666, il est adjoint du bibliothécaire de la maison parisienne. En 1671, la parution de la Fides ecclesiae Orientalis, son premier livre, marque son entrée dans la République des Lettres. Dès 1665, il avait commencé la rédaction de l’Histoire critique du Vieux Testament, dont la parution avortée en 1678, à cause de l’intervention de Bossuet, le contraint à quitter l’Oratoire au mois de mai, mais termine d’asseoir sa réputation. Dès lors, vivant à Dieppe, il travaille en électron libre et publie majoritairement sous anonymat ou pseudonymat aux Provinces-Unies, principalement chez Reinier Leers, devenant une figure incontournable de la scène théologique européenne2. Il meurt le 11 avril 17123.

La bibliothèque de Richard Simon n’a pas eu une vie tranquille. Elle connaît un premier incendie accidentel en 1694, lors du bombardement de Dieppe par la flotte anglo-hollandaise, puis un second volontaire en 1711 ou 1712, mais au cours duquel Simon ne détruisit qu’une partie de ses manuscrits, et non des livres imprimés. Finalement, le 20 mars 1712, l’ancien oratorien teste en faveur de la cathédrale de Rouen4. Les documents établis après ce leg permettent d’attester  la disparition d’un certain nombre de pièces issues de la bibliothèque de Simon, manuscrites (un Servet et un Spinoza) comme imprimées (une Polyglotte de Walton annotée par Simon)5. Mais du vivant d’un lecteur, une bibliothèque connaît aussi des évolutions.

Dans les premières années du XVIIIe siècle, au début de la seconde période mancelle de dom Maur Audren6, deux ouvrages hébraïques entrent dans la bibliothèque mauriste en provenance de l’Oratoire de Paris, désormais cotés BL 4° 60 et BL F° 150 : ils portent tous deux, d’une même main caractéristique, l’ex-libris de l’abbaye datée 1705.

Médiathèque Louis Aragon, Le Mans, BL F° 150, Johann Forster, Dictionarium hebraicum novum, ex-libris de l’Abbaye Saint-Vincent du Mans daté 1705.

Le premier est la grammaire d’Abraham de Balmis7. Le second est un exemplaire de l’édition originale du dictionnaire de Johann Forster8, théologien allemand qui seconda Luther dans sa traduction allemande de la Bible.

Médiathèque Louis Aragon, Le Mans, BL F° 150, Johann Forster, Dictionnarium hebraicum novum, Bâle, Froben 1557, page de titre.

Avant d’intégrer la bibliothèque de l’Oratoire de Paris à une date inconnue, cet exemplaire a appartenu à Richard Simon, dont l’ex-libris biffé figure sur la page de titre du volume, dans une déclinaison inconnue dans le corpus réuni par Valérie Neveu : « Richard Simon Dieppois ».

Médiathèque Louis Aragon, Le Mans, BL F° 150, marques de provenance de la page de titre : ex-libris de Richard Simon, ex-libris de l’Oratoire de Paris et cote, élément cancellé.

Faut-il voir dans la précision de l’origine géographique de son propriétaire la forme précoce de l’ex-libris de Simon ? Si cette hypothèse s’avère exact, elle permet de postuler que l’ouvrage intègre la bibliothèque de l’Oratoire de Paris au plus tard en mai 1678, lors de son départ de la maison parisienne.

Dans l’Histoire critique du Vieux Testament, Simon évoque ce dictionnaire à plusieurs reprises9. : « Il y a même bien de l’apparence que Forsterus n’entreprit de faire un nouveau Dictionnaire Hebreu, que pour autoriser davantage le sentiment de Luther touchant les Livres des Rabbins. Mais ce nouveau Dictionnaire n’a servi qu’à faire voir l’entêtement de Forsterus contre les mêmes Livres des Rabbins, qu’il n’avoit jamais lûs »10. Plus loin, Simon prolonge sa critique : « Forsterus ayant reconnu cette erreur des nouveaux Hébraïsans [de prendre pour seule règle de traduction celle des Rabbins], et aussi en partie pour favoriser les préjugés de Luther, composa un Dictionnaire Hébreu, où il s’est emporté furieusement contre ceux qui suivent les rabbins. Ce Dictionnaire a été estimé de plusieurs personnes, même parmi les Protestans ; & Kirchner s’en est servi dans sa Concordance Grecque des Septante. Mais l’on peut dire avec raison, que Forsterus a vû un mal auquel il n’a pas pû remedier. L’ouvrage qu’il entreprit étoit au dessus de ses forces ; et il a grand tort de condamner absolument les Livres des Rabbins qu’il n’entendoit point, & qu’il n’avoit jamais lûs. »11. Il précise enfin : « Mais quoi que Forsterus fût professeur en la Langue Hébraïque, il fait assez connoître par son Dictionnaire, qu’il n’avoit jamais lû les Livres des Rabbins. […] Les Rabbins n’ont déplû à Forsterus, que parce qu’il a voulu appuyer les sentimens de son Patriarche Luther, qui avoit decrié les Livres des Rabbins pour cette seule raison, que les Protestans de son tems qui s’étoient appliqués à l’étude des Rabbins, avoient méprisé sa Traduction comme peu exacte »12.

Le jugement de Simon sur le positionnement théologico-éristique du luthérien explique-t-il qu’il se soit finalement séparé – précocement ? – de cet outil de travail ? C’est possible, d’autant qu’à la fin de sa vie, les dictionnaires qu’il possède encore sont uniquement dus à des locuteurs de l’hébreu : le Sefer Meturgeman d’Elia Levita (1541), un dictionnaire manuscrit attribué à R. Jona (XIVe siècle) et le dictionnaire hébreu-italien de Léon de Modène (1640)13.

L’unique annotation manuscrite marginale figurant dans le volume manceau14 ne semble pas pouvoir être attribuée à Richard Simon. Si elle compte seulement trois lettres en hébreu et quatre mots en latin, la main ne paraît pas coïncider avec les différents exemples reproduits par Valérie Neveu15. Néanmoins, les mots au bord du folio étant coupés, cette note atteste un rognage des pages lors de la réalisation de la reliure, une basane tachetée typique du XVIIIe siècle. D’autres ont donc pu totalement disparaître, de même que certaines pages de garde, où un possesseur peut prendre des notes.

Ainsi, cet exemplaire ouvre une nouvelle perspective dans l’histoire de la bibliothèque de Richard Simon : celle d’un don, ou d’un abandon, d’une partie de sa collection lors de son départ de l’Oratoire de Paris en 1678. Quant aux conditions du transfert du livre de la maison parisienne à l’abbaye mancelle, elles demeurent mystérieuses.

Dans son Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, Ernest Renan écrit : « on peut dire que Cappel parmi les protestants, Simon – parmi les catholiques, eussent fondé en France la saine exégèse, plus d’un siècle avant que l’Allemagne l’eût créée, si l’esprit absolu des théologiens du XVIIe siècle ne s’y fût opposé »16. S’il convient de nuancer cette vision téléologique de l’histoire de la critique biblique17, il n’en demeure pas moins que Cappel et Simon sont deux exégètes majeurs du XVIIe siècle et la médiathèque Louis Aragon du Mans est probablement l’unique bibliothèque européenne à conserver des dictionnaires d’hébreu leur ayant appartenu, tous acquis durant l’ère Audren de l’abbaye de Saint-Vincent18.

  1. Valérie Neveu, « La bibliothèque de Richard Simon », Bulletin du bibliophile, 1998/1, p. 62-124, cité infra Neveu. []
  2. Neveu, p. 66-68 []
  3. Sur Richard Simon, on renverra notamment à Jean Steinmann, Richard Simon et les origines de l’exégèse biblique, Paris, Desclée de Brouwer, 1960, 450 p. ; Paul Auvray, Richard Simon (1638-1712). Étude bio-bibliographique, avec des textes inédits, Paris, Presses Universitaires de France, 1974, 240 p. ; Jacques Le Brun, « Richard Simon », Supplément au Dictionnaire de la Bible, XII, Paris, Letouzey & Ané, 1996, p. 1353-1383 ; Myriam Yardeni, « Richard Simon et la Réforme », in Enquêtes sur l’identité de la « nation France » : de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 170-184. []
  4. Neveu, p. 67-69 []
  5. Neveu, p. 70-71 []
  6. Sur l’importance du fonds mauriste de l’abbaye de Saint-Vincent du Mans dans les collections patrimoniales mancelles, voir ce billet : https://cj17.hypotheses.org/305. []
  7. Abraham de Balmis, Mikne avram Peculium abrae. Grammatica hebraea una cum latino nuper edita per doctiss. virum magistrum Abraham de Balmis artium & medicinæ doctorem, Venise, Daniel Bomberg, 1523, [315 p.], in-4 []
  8. Johann Forster, Dictionarium hebraicum novum : non ex rabinorum commentis, nec nostratium doctorum stulta imitatione descriptum, sed ex ipsis thesauris sacrorum Bibliorum, et eorundem accurata locorum collatione depromptum, cum phrasibus scripturae Veteris et Novi Testamenti diligenter annotatis, Bâle, Jérôme Froben, 1557, 912 p., in-fol. []
  9. Par contre, dans sa correspondance éditée, il ne semble pas le mentionner : voir M. Bruzen de la Martinière (éd.), Lettres choisies de M. Simon où l’on trouve un grand nombre de faits anecdotes de litérature, Pierre Mortier, 1730, 3 t. et Jacques Le Brun, « Vingt-quatre lettres inédites de Richard Simon (1738-1712) », Lias, 20, 1993, p. 67-119 (Je remercie Helwi Blom de m’avoir transmis cet article durant la période du confinement). []
  10. Richard Simon, Histoire critique du Vieux Testament, Rotterdam, Reinier Leers, 1685, l. II, chap. XXIII, p. 337 []
  11. Ibid., l. III, chap. II, p. 359 []
  12. Ibid., l. III, chap. XVIII, p. 469. []
  13. Neveu, p. 97 n° 38, p. 98 n°41 et n° 42 []
  14. BL F° 150, p. 702. []
  15. Neveu, p. 110 et 113. []
  16. Ernest Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, Paris, Michel Lévy frères, 1863, vol. I, p 177. []
  17. Voir sur ce point François Laplanche, La Bible en France : entre mythe et critique XVIe-XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 9. []
  18. Néanmoins, aucun élément n’indique que ces particularités d’exemplaires ont eu un rôle dans l’acquisition de ces titres, ce qui est d’autant plus sûr pour les dictionnaires ayant appartenu à Cappel qu’ils furent acquis lors d’un achat massif de 2500 livres (Sur les dictionnaires de Cappel et leur arrivée au Mans, voir Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic, Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie réformée de Saumur, Gand, Snoeck, 2020, p. 82-86, 90-91 et 143). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.