Ex Bibliotheca salmuriensi – avis de recherche

Ce billet est à la fois une publication et un avis de recherche1. Je travaille en ce moment sur les bibliothèques protestantes de Saumur au XVIIe siècle et plus particulièrement sur les bibliothèques de plusieurs professeurs de l’académie réformée, qui existe entre 1599 et  1685. Il y a déjà dix ans, j’ai trouvé fortuitement, dans le fonds ancien de la Bibliothèque municipale du Mans, un ouvrage ayant appartenu à Louis Cappel. Une fois ma thèse soutenue, j’ai mené une enquête à partir de cette découverte. D’abord conduite exclusivement dans le fonds ancien manceau, l’investigation menée a permis d’identifier quinze livres ayant appartenu au fondateur et à plusieurs professeurs de l’académie. Trois de ces ouvrages sont identifiables par des dédicaces de leurs auteurs. Les douze restants portent quant à eux des ex-libris de professeurs : Louis Cappel, William Doull et Etienne de Brais. L’identification de ce corpus m’a permis de formuler l’hypothèse que le fonds ancien du Mans préserve les reliquats de plusieurs bibliothèques protestantes saumuroises, dont celle de l’académie2. En effet, dans les quinze ouvrages, quatre figurent dans l’inventaire de la bibliothèque de l’académie conservé dans la série TT aux Archives Nationales et consultable ici.

La deuxième étape de mon enquête m’a conduit à retracer l’histoire de la bibliothèque après sa saisie en janvier 1685 : elle est rachetée intégralement six mois plus tard par un libraire catholique de Saumur. Durant au moins trente ans, les ouvrages de la bibliothèque de l’académie ont donc été dispersés au fil des ventes de ce libraire, dont tout indique qu’il n’a pas racheté que cette bibliothèque mais aussi celles de différents professeurs huguenots. Cette conclusion m’a conduit à engager une troisième phase de recherche pour essayer d’identifier, dans les fonds anciens de l’Ouest de la France3, d’autres ouvrages ayant appartenu à des huguenots saumurois. C’est dans celui de la Bibliothèque municipale de Saumur que j’ai pu retrouver d’autres ouvrages qui, comme au Mans, ont fait partie soit de la bibliothèque de l’académie, soit de celle de certains de ses professeurs, à savoir William Doull (déjà identifié au Mans) et Tanneguy Le Fèvre (père et fils). Point commun à l’ensemble des volumes retrouvés au Mans et à Saumur : ils sont tous reliés en vélin.

Matériellement, il ne m’est plus possible de poursuivre l’enquête, après avoir vérifié une vingtaine de fonds anciens4. Je lance donc un avis de recherche en ligne, relayé via mon compte twitter, pour essayer d’identifier, à l’échelle nationale, des ouvrages pouvant provenir de ces bibliothèques huguenotes saumuroises retrouvées au Mans et à Saumur. Ce billet se termine donc par une présentation des différents ex-libris retrouvés afin d’en permettre l’identification. Merci par avance à tous les bibliothécaires et conservateurs ou bibliophiles qui se prendront au jeu !

Nota Bene : Les découvertes réalisées au Mans et à Saumur feront l’objet d’une exposition qui sera présentée à la BM du Mans à la fin de l’année. Si, par chance, cet avis de recherche aboutissait à des découvertes, nous pourrons les intégrer à l’exposition sous forme de fac-similés.

Étienne de Brais Né en 1635, mort en 1679. Professeur de théologie de 1674 à sa mort.

BM Le Mans, BL 8 178

« Stephanus De Braeus », apposé au verso de la page de titre. Un autre volume retrouvé sur lequel il a apposé sa signature (mais qui ne lui a pas appartenu) indique qu’il semble avoir pour habitude, lorsqu’il écrit sur un livre, de le faire au verso de la page de titre.

Louis Cappel Né en 1585, mort en 1658. Professeur d’hébreu de 1613 à sa mort. Deux ex-libris :

BM Le Mans BL 4 180

« L. Cappel. »

BM Le Mans, BL 176

« Lud. Cappelli. »

Louis Cappel appose systématiquement son ex-libris (forme française ou latine) sur la page de titre. En plus, il note toujours le lieu et la date d’acquisition de l’ouvrage, parfois même son prix d’achat. Il écrit cette mention sur la page de titre mais à un endroit différent de son ex-libris ou sur une page de garde vierge. L’exemple-ci-dessous provient du même ouvrage que l’ex-libris « L. Cappel. ».

William Doull Né en 16??, mort en 1677. Professeur de rhétorique de 1645 à 1671. Quatre ex-libris :

BM Le Mans, BL 8 451

« WDoull.  » : identique à sa signature que l’on retrouve dans les registres de l’académie, cet ex-libris figure systématiquement au verso du premier plat de l’ouvrage.

BM Saumur, R XVII 8 112

« WD. » : un seul cas retrouvé, apposé sur une page de titre en plus de l’ex-libris signature.

BM Saumur, R XVII 8 112

« Guil : Doull. » : apposé sur une page de garde.

BM Le Mans, TH 8 4939

« Ex libris Gulielmi Doull / 1643 » : apposé sur une page de garde.

Il est délicat de trancher l’attribution de ces différents ex-libris : l’une des formes en français pourrait appartenir à Guillaume Doull, fils aîné de William. Cependant, ce dernier francise régulièrement sa signature dans les registres de l’académie, il est donc délicat d’attribuer avec certitude la forme « Guillaume » au fils du professeur.

Tanneguy Le Fèvre Né en 1616, mort en 1672. Professeur au collège (régent de troisième) à partir de 1651 puis de grec de 1665 à 1670. Un ex-libris :

BM Saumur, R XVI 8 99

« Taneg. Le Fevre », apposé sur une page de titre.

Tanneguy Le Fèvre junior Né en 1658, mort en 1717. Régent de seconde du collège à la fin des années 1670. Deux ex-libris :

« Ex libris Tanaquilli Fabri Fil. A° 1674 » suivi d’un fleuron, apposé sur une page de garde en tête de volume.

« Ex libris Tanaquilli Fabri Tanaquilli Fabri Filii » apposé sur une page de titre

BM Saumur, R XVII 8 24 (deux ex-libris du fils Le Fèvre sur le même exemplaire)

  1. L’illustration non contractuelle en tête de ce billet provient de l’exemplaire P 60 de la Bibliothèque municipale de Saumur []
  2. La partie mancelle de cette enquête à fait l’objet d’une communication à deux voix avec Kevin Trehuedic au colloque “Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique à l’époque moderne (16ème – 17ème siècles) organisé par Didier Poton à La Rochelle les 9 et 10 novembre 2017. []
  3. BM = Bibliothèque municipale ; BD = Bibliothèque diocésaine : BM Alençon, BM et BD Angers, BM Chinon, BM Cholet, Bibliothèque du Prytanée de La Flèche, BM et BD Le Mans, BM et Musées de Loudun, BM et BD Nantes, BM et BD Orléans, BM Poitiers, BM Saumur, BM et BD Tours. []
  4. Dont quinze in situ. Un important fonds privé de l’Ouest a également été vérifié. Enfin, la Bibliothèque de Lyon a été sollicitée, mais aucun des noms identifiés ne figure dans sa base de données de marques de provenance []

2 réponses sur “Ex Bibliotheca salmuriensi – avis de recherche”

  1. Bonjour,
    Nous avons un fonds Rodolphe Peter, théologien et bibliophile (et ancien directeur de la bibliothèque) qui comprend de nombreux ouvrages anciens, amassés tout au long de sa carrière et de sa vie, sur le protestantisme français. Beaucoup d’ouvrages de pasteurs de Saumur, Charenton, etc. que je suis en train de cataloguer (la tâche est longue !). Cependant, une petite recherche m’a permis de retrouver un ex-libris de Cappel :
    http://catalogue.mediathequeprotestante.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=18066
    Photo, en bas de la page : https://flic.kr/p/aRotsD
    Peut-être qu’une visite à Strasbourg vous permettrait d’en voir davantage. Malheureusement, il reste sans doute de nombreux ex-libris/ex-dono qui n’ont pas été répertoriés faute de catalogue complet.

    1. Bonjour,

      Merci infiniment pour votre réaction à l’avis de recherche et pour la mise à disposition des photos de votre exemplaire !
      Votre découverte est passionnante, et me permet de découvrir que le catéchisme de Calvin a été traduit en hébreu. La notice sur votre catalogue, qui précise que le volume est relié en parchemin, tend à confirmer qu’il faut cibler les ouvrages reliés en parchemin/vélin.
      En tous les cas, c’est fabuleux : en moins d’une semaine, deux volumes ont été localisés, le vôtre et un à la bibliothèque de l’Université de Leyden.
      Je vous écris prochainement au mail de contact.
      Encore merci. Bien à vous,

      Thomas Guillemin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.